Supercoupe: Anderlecht et Zulte Waregem ouvrent la saison samedi

Supercoupe: Anderlecht et Zulte Waregem ouvrent la saison samedi

Le champion de Belgique, Anderlecht, et le vainqueur de la Coupe, Zulte Waregem donnent le coup d’envoi de la saison 2017-2018 de football en Belgique à l’occasion de la traditionnelle Supercoupe. Ils se rencontrent samedi soir au stade Constant Vanden Stock (20h30) où toutes les places sont vendues. L’arbitre sera Sebastien Delferière.

Il y a onze ans, en 2006, les deux équipes s’étaient déjà retrouvées à l’occasion de cette épreuve. Les Anderlechtois s’étaient imposés 3-1 grâce à des buts de Hassan, Juhasz et Siani. Vandendriessche avait marqué pour l’Essevee. La rencontre avait dû être interrompue un moment en raison d’un orage.

Anderlecht pourrait remporter une 13e Supercoupe, la première depuis 2014. Zulte Waregem n’a jamais remporté l’épreuve mais le KSV Waregem s’est imposé en 1982 aux dépens du Standard.

La saison dernière, le Club Bruges avait battu le Standard 2-1 au stade Jan Breydel. Les Brugeois détiennent le record de victoires en Supercoupe après ce 14e succès.

La semaine prochaine, la première journée de la Jupiler Pro League figure au programme. Anderlecht jouera le vendredi 28 juillet à l’Antwerp. Zulte Waregem se rendra le lendemain à Eupen.

Le coach flandrien Francky Dury veut utiliser le match contre Anderlecht « afin d’aborder la compétition avec un bon feeling. » Davy De fauw a ajouté qu’« un footballeur veut gagner des prix et donc aussi la Supercoupe. »

Anderlecht aborde la rencontre avec les meilleures cartes en mains. Le départ de Youri Tielemans à Monaco a été compensé par l’arrivée de Sven Kums. Sont aussi arrivés cet été le gardien Matz Sels et l’attaquant Henry Onyekuru. Les hommes de René Weiler ont gagné leurs derniers matchs de préparation face au Lierse (0-2) et Dender (1-3), mais avaient perdu auparavant contre le FC Salzbourg (1-4).

Zulte Waregem a perdu lors de sa dernière sortie contre les promus de Ligue 1 d’Amiens (1-3). Dury a perdu cette saison Lerager, Lepoint, Meïté, Dalsgaard et Marrone. De plus, Mbaye Leye refuse de jouer actuellement en raison d’un désaccord contractuel. Sont arrivés au stade Arc-en-ciel Walsh, De Pauw, De Mets, Heylen, Leya Iseka et De Sart.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06776267

    Malgré la culpabilité de Weinstein, le procès emblématique post-#MeToo s’achève en demi-teinte

  2. A Codogno en état de siège, les pharmacies, supermarchés et boulangeries sont pris d’assaut.

    Coronavirus: l’Italie du Nord à la recherche du «patient zéro»

  3. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite