Ilie Nastase suspendu plus de trois ans et demi par l’ITF

Ilie Nastase suspendu plus de trois ans et demi par l’ITF

Ilie Nastase a été suspendu jusqu’en décembre 2020 par l’ITF, pour son attitude grossière et insultante constatées à trois reprises, a annoncé la fédération internationale de tennis vendredi.

Ilie Nastase était suspendu provisoirement par l’ITF depuis le mois d’avril dernier. Il est désormais interdit d’exercer toute fonction officielle, en ce compris son rôle de capitaine de l’équipe roumaine de Fed Cup, jusqu’au 31 décembre 2020. Il lui est en outre interdit d’assister à toutes compétitions officielles de l’ITF jusqu’au 31 décembre 2018. La suspension est assortie d’une amende de 10.000 dollars US (8.600 euros environ).

La légende roumaine, 71 ans depuis le 19 juillet, double finaliste à Wimbledon (en 1972 et 1976), capitaine de l’équipe roumaine de Fed Cup, est sanctionnée pour son attitude grossière et insultante lors de la rencontre de son pays contre la Grande-Bretagne le 22 avril dernier. Il avait insulté une journaliste, la joueuse Johanna Konta et la capitaine britannique Anne Keothavong, ainsi qu’un arbitre.

Lors de la conférence de presse d’avant-match, Nastase avait déjà tenu des propos racistes au sujet de la grossesse de Serena Williams, qui avait annoncé attendre son premier enfant. « On va voir de quelle couleur il est. Chocolat au lait  ? », l’ont entendu dire à un membre de son équipe les journalistes. L’Américaine avait condamné des propos « racistes » et « sexistes ».

Ilie Nastase avait ensuite présenté ses excuses. Le Roumain et sa fédération ont 21 jours pour faire appel de la décision.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • photo news

    Par François Laurent

    ATP - WTA

    Maria Sharapova, les adieux d’une diva

  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite