Tour de France: Bakelants n’aurait jamais laissé une victoire au Tour à un autre Belge

Tour de France: Bakelants n’aurait jamais laissé une victoire au Tour à un autre Belge

Jan Bakelants a pris part à la bonne attaque le jour de la fête nationale. « Une entente avec les autres Belges ? Non, je n’y ai jamais pensé », a expliqué le coureur AG2R, qui s’est classé 8e.

« Que pouvais-je faire dans un final pareil ? Avec le vent toujours contre et aussi plat. Tout cela contre des hommes tous capables d’enrouler un gros braquet, qui se sont tous retrouvés dans le bus lors des étapes de montagnes. Keukeleire, Boasson Hagen et Bennati : ce sont les hommes qui ont joué un rôle en vue ce vendredi. En montagne, ils sont assez bons pour ne pas perdre une minute avec le bus alors que moi, j’ai travaillé dans l’Izoard. Dans ce cas, vous savez que ce sera difficile », a raconté Bakelants.

« Sur la montée de 3e catégorie, je me sentais très bien. J’étais l’un des meilleurs. Je pense aussi que cela a été remarqué dans les voitures et que l’on a averti les coureurs : ’Surtout, ne le laissez pas partir Bakelants !’ J’avais ma tactique : ne pas laisser aller un Fortuneo ou un Direct Energie. Je savais qu’ils auraient alors encore deux hommes en couverture et que cela ne roulerait plus derrière. Pour le reste, j’ai encore senti qu’ils étaient nombreux à pouvoir prendre ma roue. Ils se sont dit : ’Maintenant j’arrête de rouler.’ C’était très frustrant. En plus, j’étais conscient que cela aurait été fini pour moi ».

Bakelants n’était pas avec Boasson Hagen, quand le Norvégien a intelligemment manœuvré dans un rond-point. « Bien joué. C’était pas mal vu de prendre par la droite. Non, je ne savais pas que cela était plus rapide. Ce sont des choses sur lesquelles les leaders font la différence. Mais bon, les cartes ne sont pas toujours claires non plus. J’ai vu trop tard que prendre par la droite était la meilleure option ».

Bakelants a-t-il songé à une entente entre Belges ? « Non. C’est bien trop important pour moi. Je ne laisserai jamais une victoire à un autre. Et il ne le ferait pas non plus pour moi ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Philip Roodhooft et son frère sont restés fidèles à leurs racines, qui se trouvent à Morkhoven.

    Par Joël Grégoire

    Cyclisme

    Cyclisme: les frères belges qui ont découvert Van der Poel

  • Julian Alaphilippe, lauréat de Sanremo l’année dernière.

    Par S.Cl.

    Route

    Cyclisme: le coronavirus menace Milan-Sanremo

  • Dominique Duchesnes

    Par STEPHANE THIRION

    Route

    Les managers du cyclisme belge: Christophe Brandt, une vie de rencontres

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. Le 19 février en soirée, le roi Philippe reconduit Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD), nouveaux chargés de mission royale.

    Négociations fédérales: un an de discussions en coulisses. Est-ce bien démocratique?

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Coronavirus: entre psychose et précaution, un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite