Accueil Belgique Politique

Crise politique: Le CDH a mis «énormément de freins» en matière de gouvernance, juge Magnette

Temps de lecture: 2 min

Selon Paul Magnette (PS), qui devrait bientôt quitter, forcé, ses fonctions de ministre-président wallon, le CDH a mis ces dernières années « énormément de freins » en matière de gouvernance et de transparence, peut-on lire dans un entretien publié samedi par La Libre Belgique et la Dernière Heure. « Ils ne voulaient pas de la transparence, des plafonds de rémunérations, des cadastres. On a ramé pour faire avancer les choses », précise le socialiste au sujet du parti humaniste, allié du PS au sein du gouvernement wallon avant que son président Benoît Lutgen n’appelle, le 19 juin dernier, à former de nouvelles majorités au Sud et à Bruxelles.

Paul Magnette développe : « Pour le décumul ministre-bourgmestre (la clarification des règles concernant l’interdiction du cumul ministre et bourgmestre en titre, NdlR), il a fallu deux ans pour convaincre le CDH. Et c’est ce parti qui a exigé la remise en cause des accords sur le décumul député-bourgmestre (le décret décumul prévoit que seuls 25 % des députés wallons peuvent cumuler, NdlR) ». Les humanistes ne présentaient d’ailleurs pas de réels arguments, estime le socialiste. « Il y a des personnes au CDH qui étaient concernées, c’est aussi simple que ça. Dans leur logique, les ministres prennent les compétences à subsides et les députés-bourgmestres vont couper des rubans ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Stenuit Fernand, samedi 22 juillet 2017, 17:45

    Mais quel culot ce Magnette . Il reproche au CDH ce qu'il faisait lui-mème . On peut ètre mauvais perdant , mais à ce point , il mérite la camisole de force.

  • Posté par bernard delpierre, samedi 22 juillet 2017, 11:50

    Si ce que Magnette affirme est vrai , pourquoi a-t-il tant tardé à le dire et à maintenir ses vertueuses positions contre vents et marées au lieu de quoi lui et son parti n'ont jamais remis en cause les différentes situations scandaleuses qui ont éclaté en attendant celles qui sont encore mises sous le boisseau ( voir l'office des déchets, publifin, l'armée mexicaine de directeurs et administrateurs aux TEC et à la SWRT,etc...)Le cdh se refait ainsi une virginité à bon compte car curieusement Prévot et les siens n'avaient eux non plus rien vu ni changé aux scandales qu'aujourd'hui ils dénoncent après avoir joué des années durant " à la belle au bois dormant".

Plus de commentaires

Aussi en Politique

120 élues se mobilisent pour un #Metoo politique belge

Des femmes élues de tous partis, collaboratrices, attachées parlementaires et militantes gravitant autour et dans les milieux politiques, appellent le monde politique à prendre ses responsabilités face aux violences sexistes, sexuelles et psychologiques exercées par des mandataires publics ou apparentés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une