Budget fédéral: le conseil des ministres interrompu, Charles Michel poursuit des réunions bilatérales

Le comité ministériel restreint qui s’était brièvement réuni samedi après-midi sur le budget, après des difficultés apparues dans les dernières heures, a à nouveau été interrompu peu avant 17 heures. Le premier ministre Charles Michel poursuivra des réunions bilatérales et présidera de nouveaux groupes de travail jusque tard samedi soir.

Alors que certains évoquent des difficultés d’ordre politique, singulièrement entre le CD&V et l’Open VLD sur la réforme fiscale, d’autres relativisent en soulignant la difficulté de paramétrer de nouvelles réformes structurelles, en lien avec le budget, et phasées sur plusieurs années.

Probablement pas d’accord ce week-end

Il est peu probable qu’un accord soit conclu d’ici la fin du week-end. Certains vont d’ailleurs jusqu’à rappeler que l’échéance budgétaire, tant pour la Commission européenne que pour le parlement, se situe au mois d’octobre.

Le gouvernement travaille d’arrache pied et pourrait présenter avant de s’octroyer quelques jours de vacances les lignes de force d’un cadre stabilisé mais il ne s’enfermera pas dans un calendrier, commente une source qui rappelle en outre la sacro-sainte formule selon laquelle il n’y a d’accord sur rien tant qu’il n’y a pas d’accord sur tout.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-144047934-full

    Grand Baromètre: les Belges ne veulent pas d’un Premier ministre N-VA

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    Charles Michel, cinq ans au four et au moulin

  3. On ne parle encore de pénurie dans les fonctions de directeur mais d’un vrai souci de recrutement pour de nombreux pouvoirs organisateurs. © René Breny.

    Le blues des directeurs et directrices d’école

Chroniques
  • Comment on passe de l’extrême gauche à l’extrême droite

    Je crois l’avoir déjà relevé dans ces colonnes : la convergence à laquelle on a assisté, à l’occasion du mouvement des «  gilets jaunes  », entre extrême droite et extrême gauche, constitue l’un des phénomènes les plus significatifs (et les plus lourds de conséquences) de l’après-guerre en France.

    On en constate déjà les résultats. Un cadre élu du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise, vient d’annoncer son ralliement au Rassemblement National de Marine Le Pen. Surtout, un sondage publié par Le Figaro révèle que 36 % des électeurs de Mélenchon (contre 4 % il y a cinq ans) ont une bonne opinion de la patronne de l’extrême droite.

    Déjà, et cela passa presque inaperçu, un ancien...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite