Emmanuel Macron en chute dans un sondage de popularité

© Reuters / Gonzalo Fuentes.
© Reuters / Gonzalo Fuentes.

La fin de l’état de grâce? La cote de popularité du jeune président français Emmanuel Macron a enregistré une forte baisse, tout comme celle de son Premier ministre Edouard Philippe. Selon un sondage de l’Ifop relayé par le Journal du Dimanche (JDD), 54% de Français, sur un échantillon représentatif de 1.947 personnes interrogées du 17 au 22 juillet, sont satisfaits de leur président. C’est dix points de pourcentage de moins qu’en juin.

Le Premier ministre Edouard Philippe enregistre lui aussi un fort recul, passant sur la même période de 64% à 56% de satisfaits, soit une baisse de huit points.

Pour le président Macron, 47% des sondés se disent «plutôt satisfaits» (contre 54% en juin) et 7% sont «très satisfaits» (contre 10% en juin). Simultanément, le total des mécontents passe de 35% à 43% de juin à juillet, se répartissant entre «très mécontents» (15% en juillet, contre 12% en juin) et «plutôt mécontents» (de 23% à 28%). 3% des sondés ne se prononcent pas, contre 1% le mois dernier.

Pour le chef du gouvernement Edouard Philippe, 52% des sondés se montrent «plutôt satisfaits» (contre 59% un mois plus tôt) et 4% se disent «très satisfaits» (-1%). Chez les mécontents, 27% se disent «plutôt mécontents» (+3%) et 10% «très mécontents» (+2%). Le taux des personnes interrogées ne se prononçant pas passe de 4% à 7%.

L’enquête a été réalisée par l’Ifop auprès d’un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas, par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite