Accueil Culture Scènes

Pour leur quart de siècle, les Francofolies de Spa devront se renouveler

Il n’y a pas eu de miracle à Spa : l’édition qui se clôture ce dimanche sur 140.000 spectateurs n’a pas donné entière satisfaction. Une remise en question devra avoir lieu avant le 25e anniversaire de 2018.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

Lors de la traditionnelle conférence de presse bilan, le codirecteur du festival Jean Steffens a d’emblée mis le doigt là où ça fait mal, reconnaissant que le milieu de la chanson est en transition, qu’il vit des moments difficiles. «  Des choix difficiles sont dictés par une situation financière excessivement complexe et des paramètres qui doivent évoluer  », a-t-il précisé. Il pensait notamment aux normes de sécurité imposées par l’actualité et qui ont dépassé les limites du supportable en termes de coûts pour les festivals, à Bruxelles comme en Wallonie. L’autre problème relevé par Jean Steffens est «  la montée infernale des cachets des artistes  » : «  C’est excessif et anormal.  »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Guy Delsaut, dimanche 23 juillet 2017, 23:35

    L'avantage qu'avaient les Francos, c'était d'offrir 2 (voire 3) concerts d'artistes de renom, le même soir sur la Place de l'hôtel de ville pour le prix d'1 concert. Je me rappelle d'avoir vu Julien Clerc et Marc Lavoine le même soir en 2006 (44 €); Jeff Bodart, Marc Lavoine et Laurent Voulzy en 2003 (38 €); William Sheller et Bernard Lavilliers en 2000 (1200 francs, soit 30 €). De cette façon, on venait beaucoup pour l'un mais aussi un peu pou l'autre. Cette année, avant Michel Sardou, c'était Alexandre Désilets, totalement inconnu. Ceux qui veulent voir Sardou peuvent aller voir un concert racourci (1h30), debout, non numéroté (pour avoir une bonne place : plusieurs heures d'attente), en plein air (avec risque de pluie), précédé d'un inconnu, pour 62,50 € aux Francofolies ou aller voir le concert complet, assis, avec places numérotées, dans une salle (on s'en fout de la pluie), sans première partie inutile pour 40 à 89 € à Forest national. Que choisissent la plupart des gens ? Alors, qu'au Parc des 7 heures, il y avait Patricia Kaas ou De Palmas, qui auraient très bien pu être l'autre artiste vedette avant Sardou et Renaud.

  • Posté par De Partz Yves, dimanche 23 juillet 2017, 17:57

    Il y a lieu de s'interroger sur la concurrence parfois néfaste entre les festivals Wallons, et bien sûr de revoir la programmation. Ceci dit, l'ambiance familiale des Francofolies reste un vrai moment de bonheur à préserver. A chaque visite, nous sommes impressionnés par l'ambiance conviviale qui règne partout, qu'il s'agisse des spectateurs ou de toutes les équipes d'organisation. Un constat peu banal aujourd'hui.

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs