Accueil Société Régions Bruxelles

«ParkingPlus», un système qui patine

Le nombre de places devant les garages disponibles pour les soignants n’a pas augmenté en 5 ans

Temps de lecture: 3 min

Le stationnement à Bruxelles devient parfois très compliqué en journée, même dans les quartiers résidentiels. C’est particulièrement dommageable pour certains professionnels qui se déplacent beaucoup. Afin d’y remédier, le gouvernement précédent avait lancé « ParkingPlus ».

L’idée était de donner aux prestataires de soins qui se rendent au domicile d’un patient la possibilité de se garer devant le garage d’une personne privée ou d’un immeuble pendant la durée des soins. Avantageux en termes de mobilité, d’environnement, de coût pour la Sécurité sociale et de cohésion sociale, avaient estimé les deux ministres régionaux de la santé de l’époque, Benoît Cerexhe (CDH) et Jean-Luc Vanraes (VLD). C’était en 2011.

Et aujourd’hui ? Il y a 568 garages qui sont enregistrés auprès de ParkingPlus, selon les derniers chiffres fournis par les ministres Gosuin (DéFI) et Vanhengel (VLD), interrogés à ce sujet par la députée Anne-Charlotte d’Ursel (MR). Ils précisent aussi que seuls 47 prestataires de soins sont enregistrés auprès de ParkingPlus. Soit 36 infirmiers, 4 médecins et 7 kinésithérapeutes. Contre 574 garages et 94 prestataires de soins en 2012.

On dénombre ainsi 64 emplacements devant garage à Woluwe-Saint-Pierre, 62 à Watermael-Boitsfort, 57 à Woluwe-Saint-Lambert et 49 à Auderghem. C’est pas mal mais ce sont quatre communes de seconde ceinture où les problèmes de stationnement ne sont pas les plus aigus.

Généralistes fâchés

Du côté des grandes communes, seule Schaerbeek proposait 65 places, ce qui n’est pas énorme, mais déjà plus que Bruxelles-Ville (42), Anderlecht (49), Ixelles (29) ou Uccle (25), sans parler de Molenbeek où on en relevait… une seule !

« Le Service intégré de soins à domicile (Conectar) a complètement restructuré, en gestion propre, l’environnement informatique de ParkingPlus sur la base d’une technologie de pointe », ajoutent les deux ministres.

« Cela représente 20 minutes par an de stationnement en moyenne, nous précise Didier Gosuin. C’est ce qui a amené Conectar à faire appel à l’agence régionale de stationnement. Une démarche nécessaire si on veut élargir l’offre. Proportionnellement, il y a des communes où plus de gens participent que d’autres. Il y a aussi des communes où un effort plus important est fait. On a lancé une dynamique. »

Pour Michel Devolder, le président de la fédération des généralistes bruxellois (FAMGB), « cela fait des années que le politique ne tient pas compte des prestataires de soins à domicile alors qu’il veut dans le même temps maintenir les personnes âgées le plus longtemps possible à domicile. Pourquoi nous faire payer 200 euros pour une carte qui ne permet pas de se garer dans les zones orange et rouges ? Comme si un médecin allait se garer à 9 h rue de la Loi ! Ce serait pourtant facile d’identifier les prestataires de soins et de les rentrer dans les bases de données des contrôleurs du stationnement… Si ça continue, nous, les médecins on n’ira plus à domicile ! »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo