Accueil Économie Mobilité

Touring s’inquiète de la politique de mobilité de Bruxelles (vidéo)

Touring pense que le Plan régional de mobilité, mis en place par Bruxelles pour 2025, va empirer les problèmes de circulation automobile dans la ville.

Temps de lecture: 2 min

Touring pointe du doigt la suppression ou réduction de beaucoup de grands axes, dans le cadre du Plan régional de développement durable, sans préoccupation du flux de circulation automobile qui sera densifié et empiré à d’autres endroits. Le but de ce plan, mis en place par Bruxelles pour 2025, est de changer beaucoup d’axes et de squares, pour baisser le nombre de véhicules qui circulent en ville et laisser la place à d’autres moyens de déplacements. Touring l’a critiqué dans un communiqué ce lundi.

« Pas moins de 53 des 374 axes et squares importants seront rétrécis ou fermés à la circulation »

Les axes concernés facilitent l’accès et la sortie de la ville. Ce sont des axes extrêmement empruntés et ils sont nombreux. Les fermer à la circulation ou limiter leur capacité de trafic, sans mettre en place des mesures nécessaires pour pallier la densification de la circulation sur les autres axes, n’est pas concevable pour l’organisation Touring. Son communiqué cite plus de 30 axes concernés dont la rue de la Loi, L’Avenue Louise ou l’Avenue Fonsny. La E40 dans les deux directions est aussi concernée et le viaduc Hermann-Debroux qui relie le Ring et la E411 à Bruxelles, serait supprimé, par exemple. Par ailleurs, des trois tunnels qui relient la E40 à Bruxelles, seul celui de Cortenbergh restera ouvert.

Concernant les « portes d’entrée dans la ville », que la région souhaite créer sur les axes donnant accès à la région, pour filtrer la circulation, Touring voit un danger de files. Enfin, 19 places et rues deviendront des zones piétonnes, tels que la Cambre, l’Avenue de Stalingrad, la Chaussée de Louvain et la Chaussée de Gand.

Le Plan régional de développement durable pour 2025 : Une fausse bonne idée ?

« Ces grands axes, déjà fort congestionnés aujourd’hui, forceront les véhicules à passer par les petites rues secondaires, qui rendront alors les quartiers de moins en moins agréables et vivables. Cette politique engendre donc les effets qu’elle cherche justement à combattre », affirme Touring dans son communiqué.

Baisser le nombre de véhicules en ville et privilégier le piétonnier et les vélos sont des objectifs voulus aussi par Touring, « mais pas à n’importe quel prix ». Selon l’organisation routière, la région de Bruxelles manque d’une vue globale de la situation.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb