Wavre: le «bidule» va retrouver sa place

Un fameux travail de rénovation attend l’ancienne statue de la place Bosch, qui pourrit depuis 2002 entre deux haies. © J.-P. D.V.
Un fameux travail de rénovation attend l’ancienne statue de la place Bosch, qui pourrit depuis 2002 entre deux haies. © J.-P. D.V. - J.-P. D.V.

Les temps changent, les politiques aussi. Ce qui fut appelé autrefois « bidule » ou « vieillerie » par l’ancien bourgmestre de Wavre, Charles Aubecq (MR), est aujourd’hui présenté par la bourgmestre en fonction, Françoise Pigeolet (LB, MR), comme « un élément de notre patrimoine sur lequel la Ville de Wavre compte pour déclencher un réel engouement positif de la population, dans le cadre du renouveau urbanistique de la cité du Maca. Cette fierté que représente cette statue est aussi une belle opportunité de la réintégrer dans son patrimoine local, pour qu’elle retrouve la place qui lui est due. »

La place Bosch, autrefois appelée place du Sablon mais rebaptisée pour rendre hommage au bourgmestre assassiné avec trois compagnons par des tueurs rexistes, le 6 août 1944 à Dion-le-Val, va donc prochainement retrouver la statue du sculpteur limelettois Charles Van Oemberg. Intitulée « L’Histoire inscrivant dans les fastes le vingt-cinquième anniversaire de Léopold Ier  », elle avait été inaugurée le 3 juillet 1859, en présence du futur roi Léopold II.

Appelée aussi « Statue de la liberté », l’œuvre s’était dégradée lentement. Un bras de la statue avait même disparu en 1964, suite à un acte de vandalisme. Si bien que, dans le cadre du réaménagement de la place Bosch, la majorité libérale avait décidé en octobre 2001 de la retirer. Ce qui fut fait en avril 2002. Depuis, elle est rangée dans l’entrée du parking du palais du gouverneur et ne présente plus aujourd’hui qu’un aspect dévasté, la pierre s’effritant complètement.

Un financement participatif

Face à ces lambeaux de pierre, on imagine ainsi la lourde tâche de restauration qui a été confiée par la Ville à l’ASBL Vasari. Celle-ci a été créée en février dans le but de permettre aux jeunes diplômés et aux stagiaires en formation dans les métiers liés au patrimoine de faire leurs premières armes, encadrés par des professionnels aguerris.

La Ville souhaite en tout cas en faire un projet participatif, avec l’espoir que les citoyens de Wavre s’investissent activement dans le processus de rénovation. Celui-ci débute par un appel aux témoignages photographiques, afin de trouver les « preuves » nécessaires pour rendre sa superbe à l’œuvre.

Dans un deuxième temps, en septembre, sera lancée une compagne de financement participatif. Le budget de la restauration est estimé à 30.000 euros. La Ville est prête à mettre un tiers de la somme, le reste devant être amené par des sponsors, mécènes et habitants. Les dons seront déductibles fiscalement.

« Pour la réussite de ce projet concret, tant sur les plans économique, social, culturel et touristique que dans un but identitaire, insiste la bourgmestre en titre, Françoise Pigeolet, il est crucial que tous les acteurs soient fédérés. »

Sur le même sujet
Rénovation
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous