Le magazine 24h01 se laisse 10 jours pour survivre

E quipe motivée cherche bouée avant le 3 août, 19h30. » Voici ce qu’on peut lire depuis ce mardi matin sur le site web de 24h01. Le magazine belge de grands reportages, qui sort en librairies tous les trois mois, est en effet au bord de la faillite. Le conseil d’administration de l’ASBL éditrice se réunit dans 10 jours pour décider du sort du mook. Faute de 30.000 € supplémentaires dans ses caisses, l’association sera dissoute et le numéro 9 de septembre ne paraîtra pas, question d’éviter une aggravation de la situation – comprenez des dettes.

L’aventure de ce titre de presse, entamée en octobre 2013, pourrait donc s’arrêter, au grand dam de ses lecteurs et de son équipe. A moins d’un revirement de situation. « D’ici l’assemblée générale de la semaine prochaine, nous lançons une opération de sauvetage, explique Catherine Joie, rédactrice en chef adjointe de la revue. C’est un appel aux bonnes idées, ainsi qu’au mécénat. Nous cherchons 30.000 € pour publier le numéro de septembre. Mais nous visons 50.000 € pour atteindre la rentabilité l’année prochaine. 24h01 n’est pas un puits sans fond. Lancée en mars dernier, notre nouvelle formule trimestrielle avec publicité a eu du mal à démarrer mais donne des signes encourageants et récolte beaucoup de réactions positives. Ce serait d’autant plus dommage d’arrêter… Nous y croyons encore ! »

Le numéro de mars s’est vendu à 1.900 exemplaires, dont 700 par abonnement. Celui de juin devrait dépasser les 2.000 exemplaires vendus, selon les projections de l’équipe, basées sur les premiers retours de libraires (65 % du stock vendus en un mois dans les points de vente en contact direct avec l’éditeur). Pour atteindre la rentabilité, 24h01 devrait en écouler 2.600 en automne, si le 9e numéro voit le jour. A l’horizon 2020, 24h01 se voit grimper à 3.335 ventes. Côté publicité, plafonnée à 20 % du chiffre d’affaires, la progression des ventes laisse espérer, elle aussi, des lendemains qui chantent. Reste à voir si, d’ici le 3 août, de bonnes volontés se manifesteront…

Comprendre pourquoi 24h01 en est arrivé là sur Le Soir+.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

  3. Selon les dernières estimations, l’Europe des nations et des libertés, groupe auquel appartiennent notamment la Ligue de Salvini, le Rassemblement national de Le Pen, le FPÖ du déchu Strache, le Vlaams belang, les Allemands de l’AfD et le Parti pour la liberté de Wilders, obtiendrait 75 sièges sur les 751.

    Elections européennes: la droite radicale populiste va-t-elle dominer le scrutin européen?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite