Accueil Belgique Politique

Lutgen: «Nous allons passer d’une Wallonie de l’assistanat à une Wallonie plus entreprenante»

Le MR et le CDH ont annoncé être parvenus à un accord pour le gouvernement wallon ce mardi après-midi.

Temps de lecture: 1 min

Les présidents du MR et du CDH, Olivier Chastel et Benoît Lutgen, ont tous deux annoncé un accord pour le gouvernement wallon dans des tweets sommaires.

« Notre priorité absolue, c’est l’emploi », a déclaré Chastel lors d’une conférence de presse ce mardi après-midi au parlement wallon à Namur. « Plus d’emploi, plus de prospérité, plus de justice sociale et d’équité fiscale ». C’est pour une « Wallonie plus forte » que les deux présidents de parti vont œuvrer.

« Le 19 juin dernier, j’ai lancé un appel pour qu’on puisse apporter une rupture et offrir un nouveau projet », a continué Lutgen. « Les négociations se sont produites dans un climat où on est dans l’écoute et le dialogue. C’est important de dépasser les clivages politiques traditionnels pour s’écouter et de voir quelles sont les meilleures propositions. Passer d’une Wallonie de l’assistanat à une Wallonie plus entreprenante, tel était le sens de mon appel. Je suis content qu’il ait été entendu ».

Quant aux ministres wallons, ils seront connus ce mercredi. Une conférence de presse aura lieu vers 11h. Pour ce qui est de Bruxelles, Lutgen assure que la porte reste ouverte à une alternative.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Lacroix André, mardi 25 juillet 2017, 20:01

    Messieurs Lutgen et Chastel sont deux petits plaisantins qui aiment faire de l'humour décalé !

  • Posté par Langhendries Benoît, mardi 25 juillet 2017, 16:50

    Et c'est lui, le fils à papa, qui dit ça ? Là où il y a de la gène, il n'y a pas de plaisir.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Budget: la Vivaldi cherche 3,4 milliards d’euros

Les travaux budgétaires débutent ce vendredi. Les partenaires de la Vivaldi opèrent au départ sur la base d’une feuille de route, défendue par le Premier ministre, évaluant la correction de la trajectoire budgétaire à 3,4 milliards d’euros.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une