Lutgen: «Nous allons passer d’une Wallonie de l’assistanat à une Wallonie plus entreprenante»

Les présidents du MR et du CDH, Olivier Chastel et Benoît Lutgen, ont tous deux annoncé un accord pour le gouvernement wallon dans des tweets sommaires.

« Notre priorité absolue, c’est l’emploi », a déclaré Chastel lors d’une conférence de presse ce mardi après-midi au parlement wallon à Namur. « Plus d’emploi, plus de prospérité, plus de justice sociale et d’équité fiscale ». C’est pour une « Wallonie plus forte » que les deux présidents de parti vont œuvrer.

« Le 19 juin dernier, j’ai lancé un appel pour qu’on puisse apporter une rupture et offrir un nouveau projet », a continué Lutgen. « Les négociations se sont produites dans un climat où on est dans l’écoute et le dialogue. C’est important de dépasser les clivages politiques traditionnels pour s’écouter et de voir quelles sont les meilleures propositions. Passer d’une Wallonie de l’assistanat à une Wallonie plus entreprenante, tel était le sens de mon appel. Je suis content qu’il ait été entendu ».

Quant aux ministres wallons, ils seront connus ce mercredi. Une conférence de presse aura lieu vers 11h. Pour ce qui est de Bruxelles, Lutgen assure que la porte reste ouverte à une alternative.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le plan prévoit de faire passer la part des énergies vertes dans la consommation énergétique finale de 8,65
% en 2016 à 18,4
% en 2030.

    Voici les contours du plan énergie-climat belge

  2. Hirokazu Kore-eda le plus important des cinéastes japonais vivants recevait la Palme d’or en mai 2018.

    Le cinéma japonais, polymorphe et fascinant

  3. Avec leurs installations faites de palettes récupérées, les créateurs du projet «
Design for everyone
».

    Des justiciers urbains contre les bancs anti-SDF à Bruxelles

Chroniques
  • Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

    Les gilets jaunes forment un phénomène inédit, typiquement contemporain. Ce phénomène possède plusieurs couches de signification, qui ne sont pas seulement politiques et sociales : on pourrait également l’aborder sous l’angle de l’individualisme qui travaille notre société. Mais on peut aussi y voir un écho de voix plus anciennes, en particulier celle de Rousseau. Les gilets jaunes rejouent à leur manière le Contrat social, ce qui n’est pas un hasard puisque Rousseau, théoricien radical de la démocratie, était aussi un grand individualiste.

    Tout commence par une redécouverte, celle de la faille du système représentatif, formulée par Rousseau dans des termes cinglants à l’encontre du prototype de la démocratie parlementaire : «  Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort ; il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement : sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde.  »...

    Lire la suite