Suppression de la télé-redevance, bonne gouvernance... : voici l'accord du gouvernement MR-CDH en Wallonie

© Belga
© Belga

En début d’après-midi, ce mardi, Olivier Chastel et Benoît Lutgen, les présidents du MR et du CDH, ont annoncé sur Twitter avoir trouvé un accord de gouvernement. « Le Soir » a pu se procurer à bonne source une version quasi-définitive, voire définitive, de cet accord de gouvernement.

Cinq points à retenir :

- Vers une Wallonie sans diesel en 2030 pour les véhicules particuliers ;

- La taxe dite de « redevance télévision » (télé-redevance) sera supprimée dès 2018 ;

- Une réforme en profondeur des institutions provinciales et le transfert de compétences de l'institution provinciale vers d'autres entités ;

- 10 parlementaires pourront être élus par tous les Wallons, une circonscription régionale est créée ;

- Il y aura 200 postes d'administrateurs en moins en Wallonie ;

Voir le document sur mobile

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Crise politique francophone|Gouvernement wallon MR-CDH|Politique
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les dérapages de la «
Marche contre Marrakech
» n’ont pas surpris. Mais le Conseil d’Etat considère que la crainte de troubles n’est pas un motif suffisant d’interdiction de manifester.

    Faut-il interdire des manifestations à risques?

  2. Pierre Wunsch, le futur gouverneur de la Banque nationale, présentait ce lundi les prévisions économiques, en l’absence, pour raison médicale, de Jan Smets, l’actuel gouverneur, qui prend sa pension le 2 janvier prochain.

    Moins de croissance et moins d’emplois nouveaux: la BNB plutôt pessimiste

  3. A Djibouti, les Américains ont récupéré et agrandi une ancienne base de la Légion française, «
Camp Lemonnier
», devenue la plate-forme des forces US dans la région.

    Les forces américaines très présentes en Afrique

Chroniques
  • Gilets jaunes: et maintenant on fait les comptes

    Il y a trois semaines, partout où je passais, tout le monde se voulait «gilet jaune».

    Le dernier week-end, au fil de mes pérégrinations, je n’ai rencontré que des anti-«gilets jaunes».

    Il y a trois semaines, des journaux comme Le Figaro ou Le Monde avaient revêtu des gilets jaunes. Ce lundi, sur leurs sites internet, leurs lecteurs respectifs, pour des raisons d’ailleurs opposées, se déchaînent contre les « gilets jaunes ».

    Ainsi risque-t-on de passer d’un extrême à l’autre. Hier, on a outrageusement surévalué et idéalisé un mouvement qui, dans les rues, n’a jamais atteint la dimension qu’on a feint de lui prêter et qui, surtout, comme Christiane Taubira l’a fort bien exprimé dans le Journal du Dimanche, charriait le sublime et l’abject, la chaleur de l’être ensemble et la fureur de l’exclusion de l’autre, le refus de niveaux de vie faisant honte à la vie et l’enfermement dans des bulles de haine...

    Lire la suite