Accueil Sports Autres sports

LooseFest: des jumps de 26 mètres à Malmédy (photos et vidéos)

Le Bike Park de Malmédy a accueilli une nouvelle édition de sa fameuse LooseFest by Monster Energy. Une compétition bien barrée de VTT à en malmener la digestion des célèbres gaufres locales.

Temps de lecture: 2 min

Un truc bien barré. Des bosses de dix mètres au cœur de la verdoyante Ardenne. Des VTT plus proches de la bécane de cross que du deux roues que ton voisin prend pour aller chercher le pain. Et, surtout, des gaillards assez couillus pour dompter ces monstres à laisser complètement coi.

Pour la quatrième fois, Malmédy et son bike park de l’enivrante Ferme Libert accueillent le LooseFest by Monster Energy. Le concept est simple comme une roue : balancer du lourd sur les bosses, prend son pied quand il ne touche plus le sol. Et se marrer en rentrant, si possible, en une seule pièce.

« C’est vraiment pas facile de trouver des bosses comme ça  », explique le Belge Nico Vink, organisateur de l’événement et pionnier de la « bécane burnée ». « Ici, on les a dessinées, testées et approuvées. Je pense qu’on doit atteindre les huit mètres niveau hauteur pour un vol de vingt-six mètres, un truc comme ça… Et, puis l’avantage ici, c’est que la terre sèche vite…  », se marre l’homme, pointant un ciel colérique.

r

Le Bike Park de Malmédy, comme la compet’ qui s’est clôturée ce dimanche, est connu à travers le monde. « Quand tu parles de la Ferme Libert à Whistler, au Canada, tout le monde connaît », sourit le bikeur belge. « Ici, la compet’ rassemble une vingtaine de gars, venant des quatre coins du globe. De la Nouvelle-Zélande aux Etats-Unis.  »

Ces mecs, forcément, suscitent l’admiration et portent sur les épaules renforcées et têtes casquées une douce folie. « C’est sûr qu’il y a des risques mais on les minimise au maximum. Dans la construction du jump comme dans les paramètres du saut. S’il y a trop de vent, par exemple, pas question de s’élancer. Idem s’il pleut car ça réduit la vitesse. L’expérience permet de gérer ça. Des fous, nous ? Non, un peu motivés, c’est tout… Après, je me suis cassé des morceaux par-ci par-là mais, en même temps, il est impossible de faire ce sport sans blessures. Elles te permettent d’ailleurs d’apprendre. On essaye toujours d’aller plus loin, d’évoluer. Et on se marre. La descente, tu la fais sans toucher les freins. 65km/h. Et 2km/h peuvent tout changer, donc, rigoler, c’est bien mais tu dois respecter le fait que c’est dangereux. Après, c’est cool… »

Bluffant, surtout.

rù

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Autres sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb