Accueil Opinions Éditos

La Belgique francophone si loin de ses électeurs

Il y a plus d’un mois, la promesse du CDH était de former des gouvernements dans les trois entités. Promesse tenue à un tiers.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 3 min

Oyez bonnes gens ! Le nouveau gouvernement wallon est arrivé. Le programme, globalement très vague, a néanmoins des aspects enthousiasmants : dix députés pourront être élus par tous les Wallons, les postes d’administrateurs vont être réduits de 200, la réforme fiscale est enfin à portée de main et les TEC pourraient devenir une entreprise plus efficace parce que mieux organisée. Victoire ? Pour un certain Charles Michel, sûrement. Depuis le Seize, il suit les événements wallons avec un large sourire. Le PS avait barré la route des Régions à son parti en 2014. Il reprend celle qui lui est la plus chère, met fin à « l’État PS », reste ancré au fédéral et facilite un éventuel Michel II. Bingo !

La victoire est beaucoup plus courte pour Benoît Lutgen. Le président du CDH a pris le risque de perturber le fonctionnement de trois gouvernements, et n’a rendu vie, à ce stade, qu’à l’un d’entre eux.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Pirotte Raymonde, samedi 29 juillet 2017, 15:59

    LE SOIR décidément trop partisan...je viens de cesser mon abonnement et la connivence trop évidente me conforte dans ma décision. QUI nous délivrera des socialos? Liège si "aguichante" devenue une sous-ville sous-développée désespérant...en plus quand on rentre de la "Belgische Kust"... le contraste désolant saute aux yeux MAIS j'en voudrais toujours à Didier Reynders de nous avoir abandonnés...Nous risquons de toucher le fond sans doute...le PTB...Les deux prochaines années ne peuvent pas être pires...mais après...

  • Posté par Monsieur Alain, dimanche 30 juillet 2017, 9:23

    L'éjection des socialistes de la Région Wallonne fait - en quelque sorte - tomber les masques de certains journalistes du Soir. Cela ne me dérange pas d'avoir un journal d'opinion (c'est même recommandé) mais qu'il affiche alors clairement son appartenance et arrête de nous faire croire qu'il est pluraliste (mais peut-être que je me trompe, pluraliste, il n'a jamais été). Il conviendra d'être attentif à la façon dont la nouvelle majorité va être suivie par la rédaction pour se faire une idée un peu + précise. Trop tôt donc pour résilier mon abonnement (ou en prendre un autre).

  • Posté par François Lemaire, vendredi 28 juillet 2017, 15:00

    Pourquoi la Communauté française devrait-elle pâtir de la nouvelle situation politique? Si vraiment les élus socialistes sont au service de l'enseignement et de la culture quand ils y siègent, et de même pour le Gouvernement, l'asymétrie des autres coalitions ne devrait pas perturber leurs efforts. Si bien sûr le jeu politique prime et que l'on s'efforce d'abord de contredire l'opposant et de lui mettre des bâtons dans les roues, à grand renfort d'idéologie, alors oui, on peut être inquiet pour nos écoliers.

  • Posté par Guissard Jean-pierre, jeudi 27 juillet 2017, 1:04

    Que devient Bruxelles? Que devient la Communauté française? Aucune négociation en cours... Au niveau de la région bruxelloise, les partis flamandsse demandent dans quelle république bananière ils sont atterris. Aucun programme, rien. Vive la bonne gouvernance ... .De qui se moque le CDU MR

  • Posté par Monsieur Alain, mercredi 26 juillet 2017, 20:08

    Une courte majorité ose essayer autre chose que le PS en Wallonie (après + de 30 ans au pouvoir) et voilà que la presse tire à boulets "rouges" sur l'initiative. Affirmer que ce n'est pas ce que l'électeur voulait est extrêmement prétentieux et certainement pas gratuit dans le chef du rédacteur. Et puis, le PS dans l'opposition, même pour quelques mois, ça ne peut que le rajeunir, lui donner le temps de la réflexion, le rapprocher de ses électeurs, les récupérer. Deux ans dans l'opposition ce n'est quand même pas le diable ou alors ... ou alors c'est qu'ils ont terriblement peur. Le PS se voit-il dans l'opposition comme dans un "trou noir" qui attire tout à lui : la lumière, son âme, ses idéaux ?

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Vladimir Vladimirovitch, êtes-vous un homme?

Ces derniers mois, le maître du Kremlin est interpellé dans des vidéos qui tournent, et tournent encore, par des mères et des épouses qui demandent des comptes à un régime qui leur a pris leurs époux et leurs fils pour les envoyer au front et dont elles ne savent rien.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs