Accueil La Une Culture

Une drogue sans tradition issue de l’ère des sorcières et des alchimistes

Article réservé aux abonnés
Journaliste aux services Culture et Médias Temps de lecture: 4 min

La question se doit d’être posée : le « Summer of Love » aurait-il eu lieu sans drogue ? Le rock et l’art psychédélique auraient-ils pu exister sans le LSD ? Soyons sérieux, évidemment non ! S’il faut trouver une influence majeure au mouvement hippie, c’est bien le diéthylamide de l’acide lysergique, le buvard, l’acide, le LSD-25.

On a coutume de dire que le rock (cool et encore innocent) des années 64-65 s’est développé en même temps que la consommation de cannabis tandis que le rock purement psychédélique des années 66-67-68 doit tout, ou presque, à l’acide. Il ne faut d’ailleurs pas comprendre autrement le manifeste de Jimi Hendrix « Are You Experienced ? » : en français, « Avez-vous passé l’acid test ? ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs