Willy Borsus: «Je ne pourrai jamais me satisfaire du fait que la Wallonie est à la traîne»

© Belga
© Belga

Willy Borsus est le nouveau ministre-président wallon. Il va prêter serment ce vendredi ou ce samedi, en fonction de ce que le parlement aura décidé ce jeudi après-midi. Ce nouveau défi, il compte bien le relever.

Un objectif : redresser la Wallonie

« J’avais vraiment beaucoup d’attrait pour les matières que je gérais au fédéral, je me suis beaucoup investi mais j’ai des racines wallonnes très, très fortes. J’ai coutume de dire qu’il ne faut jamais maltraiter ces racines et on sait à quel point on a un défi wallon. Je ne pourrai jamais me satisfaire que notre région est à la traîne », a déclaré Willy Borsus ce jeudi matin sur La Première.

« Une personne sur 5 est confrontée à la pauvreté ou risque d’y être confrontée à court terme. Le taux de chômage des jeunes dépasse les 30 %. Nous avons pourtant toutes les capacités pour faire de notre région une région qui rejoint la moyenne des régions européennes », a-t-il expliqué.

Une priorité : l’emploi

Mais ce gouvernement n’aura que 21 mois pour réaliser toutes les mesures de l’accord entre le MR et le CDH. « Le timing est court, cela montre toute l’ambition de cette déclaration », estime Borsus. Et la priorité, c’est l’emploi.

« Nos chiffres du chômage restent extrêmement préoccupants, encore plus particulièrement chez les jeunes. Or, le marché de l’emploi est demandeur d’un certain nombre de qualifications. C’est un paradoxe qu’on doit résoudre », a-t-il conclu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM-POLITICS-GOVERNMENT-ROYALS-G59FB9OEQ.1

    Coalition fédérale: PS et N-VA ne se rapprochent pas mais ne se quittent plus

  2. Sophie Dutordoir, CEO de la SNCB, et son homologue autrichien Andreas Mattha ont célébré ce lundi l’arrivée du premier train de nuit reliant Vienne et Bruxelles.

    Retour des trains de nuit en Belgique: une solution du passé pour l’avenir ?

  3. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

La chronique
  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite