Accueil La Une Culture

Cinéma: Le 7e art sous influence (série 4/5)

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Un petit trip psychédélique au LSD sans LSD ? D’emblée et sans repère historique, on citerait Kubrick, Buñuel, Lynch, grands maîtres fantasmatiques pour le cinéma. Si on se focalise sur le cinéma des années 60, on constate que, face à la société désenchantée, les cinéastes épousèrent l’air du temps Peace & Love et pactisèrent avec les psychotropes pour faire vivre des expériences aux spectateurs en s’affranchissant des codes standards de l’esthétique.

Le dress code du cinoche se mit au goût fleuri et coloré du moment. Et cela engendrera des chefs-d’œuvre comme Blow up, de Michelangelo Antonioni, Palme d’or en 1967. Soit 24 heures de la vie d’un photographe en vogue dans le Londres psychédélique de la fin des sixties. Le film reste un témoignage de l’atmosphère du Swinging London sur lequel Antonioni porte un regard assez fasciné.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Les 30 livres de 2022 à ne pas rater

C’est un exercice évidemment totalement subjectif. Etablir un top 30, un best of, élire les meilleurs de l’année, que ce soit des livres, des musiques, des films, des expos, c’est périlleux. Mais l’équipe des Livres du Soir s’est lancée dans l’aventure. Il en ressort trente propositions de livres qui nous semblent indispensables. Plus cinq de livres belges qui le sont tout autant. Amusez-vous !

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs