Accueil Sports Sports moteurs Endurance

«Francorchamps, c’est tellement plus compliqué que Le Mans!»

Soixante-trois bolides ont entamé les essais du double tour d’horloge ardennais. Plus de trente équipages regroupent des pilotes professionnels. Dix constructeurs vont s’affronter sur le plus beau circuit du monde. Revers de la médaille : cette montée en puissance de l’épreuve-phare du championnat GT ne fait pas l’affaire des amateurs…

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

André Lotterer l’affirme sans rire : « Les 24 Heures de Francorchamps, c’est autrement plus compliqué à remporter que les 24 Heures du Mans. »

Ce pilote allemand d’origine et belge d’adoption sait de quoi il parle : il compte trois victoires dans la Sarthe et pas un seul triomphe en Ardenne. Raison pour laquelle il a si vite accepté l’invitation à rejoindre le clan Audi WRT ce week-end ?

«  J’avoue être quelque peu nostalgique de l’ambiance générée par cette course et par la marque qui m’a longtemps employé  », raconte celui qui, cette année, défend les intérêts de Porsche en championnat du monde d’endurance.

Et le Nivellois d’étayer son raisonnement :

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Endurance

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs