Le Premier ministre pakistanais démissionne après les révélations des Panama Papers

© Reuters
© Reuters

Le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif a démissionné à la suite de la décision de la Cour suprême du pays de le destituer. Il a toutefois déclaré de «  fortes réserves » à cette décision judiciaire et utilisera «  toutes les possibilités (que lui offrent) la Constitution et la loi ».

La Cour a pris sa décision sur la base des travaux d’une commission d’enquête mise sur pied à la suite de la révélation du scandale par les Panama Papers l’an dernier. Le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) avait alors publié quelque 11,5 millions de documents secrets émanant du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca. Une vaste enquête à laquelle a participé Le Soir.

Il en était ressorti que la famille Sharif détenait des appartements londoniens de luxe, via des sociétés off-shore gérées par le cabinet panaméen. La question de leur financement s’était alors posée.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Bruno D’Alimonte / Le Soir

    Olivier Chastel: «Que cette alliance PS-N-VA avance à visage découvert»

  2. B9717072167Z.1_20180927223156_000+GICC4BN9H.1-0

    Le tribunal européen annule en partie les tests de pollution des autos

  3. d-20180603-3MJ6C6 2018-06-03 21:15:57

    La prévention de la radicalisation en Belgique remise en question

Chroniques
  • Lettre du Brexit: un processus digne d’un sketch des Monty Pythons

    Par Marc Roche

    Dans un sketch des Monthy Python, Michael Palin déclare : «  le monde est un endroit absurde et ridicule  ». Quel rapport y a-t-il entre ce gag et le vote de défiance interne au parti conservateur, remporté avec une majorité plus courte que prévue, par la Première ministre, Theresa May ?

    A priori, aucun. Quoique, comme l’indique l’hebdomadaire The Economist, «  depuis le référendum, la nation sage, pragmatique, terre à terre et fondamentalement sensible ressemble à un membre de la famille devenu dingue  ».

    Jugez plutôt. Même si elle est sortie indemne du scrutin de tous les dangers, qu’elle ne peut pas être renversée pendant un an, l’autorité de Theresa May est plus que jamais fragile. Le Parlement ressemble à une serre portée à haute température où s’exacerbent les rancœurs, les jalousies et les...

    Lire la suite

  • Theresa May sauvée, rien n’est réglé

    Theresa May a donc sauvé sa place de Première ministre, dans cet exercice démocratique si particulier aux Britanniques d’un vote de défiance interne au parti Tory, déclenché par ses propres députés.

    Theresa May sauvée, rien n’est réglé pour autant dans cet enjeu presque existentiel pour son pays qu’est le Brexit. Pour convaincre une majorité de ses députés – plutôt faible car privée d’un tiers des troupes – la dirigeante conservatrice a dû promettre qu’elle s’effacerait une fois le Brexit réalisé et...

    Lire la suite