Blandain: 72 camions achemineront les huit éoliennes

Les mâts arrivent en pièces détachées sur le chantier. © Bl.
Les mâts arrivent en pièces détachées sur le chantier. © Bl. - bl

Une éolienne, c’est neuf pièces qu’il suffit d’assembler : trois pales, une nacelle, un hub (sorte de local technique) et quatre parties de mat. Cela a l’air simple, écrit comme cela. Mais chaque pièce mesure plusieurs dizaines de mètres de long… ce qui nécessite, pour chacune, un convoi exceptionnel. C’est exactement dans cette phase que le parc éolien de Tournai-Ouest III vient d’entrer. « La livraison et le montage devraient durer jusqu’au 11 août », précise Olivier Bontems, responsable d’Elsa, la filiale énergétique de l’intercommunale Ideta. Pour assembler ensuite ce puzzle géant – qui pèse quand même 70 tonnes – des grues aux dimensions proportionnelles assurent le montage et ce, jusqu’à plus de 100 mètres de haut.

Au total, 72 convois exceptionnels (neuf par éolienne donc) emprunteront dans les quelques jours qui viennent les routes du Tournaisis : « Mais toujours de nuit, entre 21 et 6 heures, pour générer moins de nuisances », ajoute Olivier Bontems, « et essentiellement via les autoroutes ». Il est vrai que le chantier du parc éolien a déjà suscité pas mal de mécontentements : plusieurs recours ont été introduits par les riverains, dont certains pour stopper purement et simplement la construction des éoliennes. « Une fois n’est pas coutume », précise le responsable, « nous avons décidé de poursuivre, malgré les recours. Nous étions vraiment certains de la qualité de notre projet et le rapport de l’auditeur nous a donné raison ».

Un investissement de 23 millions d’euros

Aucun vent contraire ne pouvait donc menacer ce nouveau parc éolien qui comptera, dès septembre, huit éoliennes de 2 mégawatts chacune… soit l’équivalent de la consommation de 12.000 ménages wallons par an. «  C’est l’origine de l’implication de notre intercommunale dans les énergies renouvelables », confirme Olivier Bontems, « la volonté de compenser, en quelque sorte, la consommation en électricité des activités économiques que nous contribuons à développer ». Un investissement de 23 millions d’euros a, de ce fait, été injecté au projet mené par Elsa et EDF-Luminus… qui revendront toutefois leur électricité au réseau.

Avant d’assembler les éoliennes, il a également fallu créer des fondations de 30 mètres de diamètre et une structure de 65 tonnes d’acier, de même que couler 550 m3 de remblais. « La zone est karstique », précise Olivier Bontems, « de ce fait, deux des éoliennes nécessitent qu’on consolide le sous-sol ».

Il faudra attendre la fin du mois de septembre pour que le parc éolien soit réellement opérationnel. A ce moment-là, un vent de 10 à 11 km/h suffira pour que les machines commencent à produire de l’électricité.

Un projet toujours contesté

Les travaux d’aménagement de la zone industrielle de Tournai Ouest 3 devraient débuter au printemps 2018, selon l’intercommunale Ideta. Le projet (100 ha d’activités, 10 ha de zone tampon et huit mâts éoliens) a fait l’objet de nombreux recours introduits par les riverains. En février dernier, le tribunal de première instance avait donné raison à Ideta alors que des riverains réclamaient l’annulation de l’expropriation de leurs terres. La construction des éoliennes est en cours. Actuellement, le projet d’aménagement de la zone est en phase de demande de permis et fait l’objet d’autres recours, mais l’intercommunale Ideta espère lancer les travaux dès le printemps 2018.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous