Charley Marouani, imprésario de Brel, est décédé

©PHOTOPQR/LE PARISIEN
©PHOTOPQR/LE PARISIEN

Il a été l’agent de grands noms de la chanson française, de Jacques Brel à Barbara en passant par Sylvie Vartan et Gilbert Bécaud : Charley Marouani est décédé samedi en Corse à l’âge de 90 ans, a annoncé à l’AFP sa fille Rachel Marouani.

«  Imprésario, pour moi ça ne veut rien dire. C’est un contact avec les artistes, c’est le côté humain qui m’intéresse, le reste c’est des affaires », confiait-il lors d’une interview à la radio suisse en 2012. «  Un artiste doit chanter, écrire, interpréter. Il ne doit pas s’occuper des petits soucis extérieurs », affirmait celui qui fut aussi l’agent d’une liste impressionnante de chanteurs : Claude Nougaro, Henri Salvador, Joe Dassin, Salvatore Adamo, Serge Reggiani, Julien Clerc ou encore Richard Anthony.

« Jusqu’à aujourd’hui, il continuait de travailler avec Michel Boujenah, Enrico Macias… », a précisé sa famille dans un courriel à l’AFP. Né en 1926 à Sousse (Tunisie) où il vécut jusqu’à ses 18 ans, Charley Marouani a débuté comme photographe à Nice avant de se rendre à Paris pour exercer le métier d’agent, auprès de son oncle.

Jacques Brel, la chance de sa vie

«  Il commencera ce métier avec un débutant nommé Jacques Brel qu’il accompagnera tout au long de sa carrière et avec qui il tissera des liens d’amitié indéfectibles », souligne sa famille. «  Ça a été la chance de ma vie, on a des rencontres comme ça tous les 10.000 ans », disait-il. Il restera proche du chanteur de « La valse à mille temps » jusqu’à sa mort en 1978. Dans son autobiographie (« Une vie en coulisses » chez Fayard, 2012), il racontait combien il était devenu proche, au fil des ans, des artistes dont il s’occupait : Jacques Brel et Barbara ont essayé de lui offrir un appartement, Henri Salvador voulait l’initier à la pétanque…

Issu d’une famille nombreuse avec de nombreux représentants dans le spectacle et la musique, Charley Marouani était le frère du producteur Gilbert Marouani, éditeur musical dans les années 60 et 70 de nombreux artistes dont Johnny Hallyday et Michel Polnareff.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite