Le sculpteur belge Olivier Strebelle est décédé

© Belga
© Belga

Le sculpteur Olivier Strebelle est décédé à l’âge de 90 ans. Ce Belge, membre de l’Académie royale de Belgique, fils du peintre Rodolphe Strebelle, a été professeur dans différentes académies et universités aux États-Unis et au Canada. Il avait intégré l’École nationale supérieure d’architecture et des arts décoratifs «  La Cambre » à Bruxelles à 15 ans pour étudier la céramique et la sculpture. Il fonda avec Alechinsky, Reinhoud, Dotremont et Olyff les Ateliers du Marais à Bruxelles, centre du mouvement Cobra.

Olivier Strebelle a laissé son empreinte dans de grandes villes dont Bruxelles par l’installation de sculptures monumentales : « Le Cheval Bayard » à Namur (1953), « L’Envol » au ministère des Finances (1979), « Le Phénix 44 » sur l’avenue Louise ou encore « La Vague » à Courtrai.

L’une de ses sculptures, « Flight in Mind », exposée dans l’aéroport de Bruxelles porte toujours les stigmates de l’attentat. Si elle a été enlevée quelque temps pour être remise en état, elle est à présent visible à nouveau dans le hall des départs de l’aéroport.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les dérapages de la «
Marche contre Marrakech
» n’ont pas surpris. Mais le Conseil d’Etat considère que la crainte de troubles n’est pas un motif suffisant d’interdiction de manifester.

    Faut-il interdire des manifestations à risques?

  2. Pierre Wunsch, le futur gouverneur de la Banque nationale, présentait ce lundi les prévisions économiques, en l’absence, pour raison médicale, de Jan Smets, l’actuel gouverneur, qui prend sa pension le 2 janvier prochain.

    Moins de croissance et moins d’emplois nouveaux: la BNB plutôt pessimiste

  3. A Djibouti, les Américains ont récupéré et agrandi une ancienne base de la Légion française, «
Camp Lemonnier
», devenue la plate-forme des forces US dans la région.

    Les forces américaines très présentes en Afrique

Chroniques
  • Gilets jaunes: et maintenant on fait les comptes

    Il y a trois semaines, partout où je passais, tout le monde se voulait «gilet jaune».

    Le dernier week-end, au fil de mes pérégrinations, je n’ai rencontré que des anti-«gilets jaunes».

    Il y a trois semaines, des journaux comme Le Figaro ou Le Monde avaient revêtu des gilets jaunes. Ce lundi, sur leurs sites internet, leurs lecteurs respectifs, pour des raisons d’ailleurs opposées, se déchaînent contre les « gilets jaunes ».

    Ainsi risque-t-on de passer d’un extrême à l’autre. Hier, on a outrageusement surévalué et idéalisé un mouvement qui, dans les rues, n’a jamais atteint la dimension qu’on a feint de lui prêter et qui, surtout, comme Christiane Taubira l’a fort bien exprimé dans le Journal du Dimanche, charriait le sublime et l’abject, la chaleur de l’être ensemble et la fureur de l’exclusion de l’autre, le refus de niveaux de vie faisant honte à la vie et l’enfermement dans des bulles de haine...

    Lire la suite