Accueil Culture Arts plastiques

Olivier Strebelle, la mort d’un géant

De son imagination jaillissaient des œuvres qui défient les lois de la pesanteur.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 2 min

Son Flight in Mind est connu de tous les voyageurs de l’aéroport de Bruxelles-National. Olivier Strebelle était l’enfant d’une famille de peintres. Il était né à Bruxelles, en 1927. Adolescent, il s’était découvert une passion pour la céramique, avant de rêver de bronze, d’acier et de sculpture. Il ne le savait pas encore mais il réalisera plus de 300 œuvres et enseignera les secrets de son art à Vancouver, en Iowa, au Colorado, à Atlanta, à Philadelphie… Son nom a passé les frontières dès les années 1960, quand il a tourné le dos à l’expressionnisme austère du Cheval Bayard, son œuvre monumentale créée en 1958 à l’entrée du pont des Ardennes, à Namur.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Arts plastiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs