Venezuela: Nicolas Maduro embarrassé face caméra par le rejet de sa carte d’électeur

Dans cet article
Le vote était suivi par des caméras de télévision diffusant en direct sur la chaine officielle. © AFP.
Le vote était suivi par des caméras de télévision diffusant en direct sur la chaine officielle. © AFP.

Le président vénézuelien Nicolas Maduro s’est retrouvé dans une position inconfortable dimanche, lorsque sa carte d’électeur a été rejetée alors qu’il se présentait pour voter lors de l’élection controversée pour l’Assemblée constituante appelée de ses vœux.

La situation était particulièrement embarrassante pour le chef d’Etat qui était suivi par des caméras de télévision diffusant en direct son vote sur la chaine officielle.

Un scanner de vérification électronique a refusé son identifiant d’électeur, ce «carnet de la Patria», carte dotée d’un QR code qui permet à la fois de voter et de bénéficier des programmes sociaux. Le lecteur a alors indiqué le message «la personne n’existe pas ou son carnet a été annulé».

Le leader votait dans une banlieue populaire à l’est de la capitale Caracas, en compagnie de son épouse. Les caméras ont rapidement cessé de filmer cet instant d’embarras pour Maduro, plus que jamais contesté dans son pays au bord de la guerre civile.

«La personne n’existe pas ou son carnet a été annulé.» © AFP.
«La personne n’existe pas ou son carnet a été annulé.» © AFP.

La vidéo de ce moment a été partagée des milliers de fois sur les réseaux sociaux. Les commentaires associés ironisaient sur la nature non démocratique du scrutin contesté par l’opposition, et non reconnu par les USA, l’UE et de nombreuses nations d’Amérique latine.

Une douzaine de personnes sont décédées lors de faits de violence qui ont éclaté dans diverses régions du pays en marge du scrutin décrié.

Venezuela: 41,53% des électeurs ont voté lors de l’élection de l’Assemblée constituante

Par AFP

Plus de 8 millions de Vénézuéliens, soit 41,53% des électeurs, ont voté dimanche lors de l’élection de l’Assemblée constituante voulue par le président Nicolas Maduro, ont indiqué les autorités en charge du scrutin.

«Le taux de participation est extraordinaire avec 41,53% des électeurs du Venezuela qui ont voté, soit 8.089.320 votants», a annoncé Tibisay Lucena, présidente du Conseil national électoral (CNE).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06670710

    Brexit: Boris Johnson menace d’élections anticipées

  2. Le 17 août 1996, sur les marches du palais de justice de Neufchâteau, apparaît, entre deux policiers, un petit homme rondouillard, aux traits creusés par des heures d’interrogatoires.

    Michel Nihoul est mort: l’affaire Dutroux perd l’une de ses figures

  3. Schwarzenegger dans le dernier «
Terminator
».

    Arnold Schwarzenegger: «La saga ‘Terminator’ a été un chapitre très important de ma vie»

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite