Accueil Économie

Fiscalité, voitures de société...: comment sortir la Belgique du diesel?

L’avenir du secteur automobile devra passer par un nouveau modèle économique.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

La remise en cause des véhicules roulant au diesel, dans les villes et dans les politiques de leasing, change la donne dans un secteur automobile qui, depuis le début des années 2000, était dominé par le moteur inventé par Rudolf Diesel à la fin du XIXe siècle.

1

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par CARION JEAN, mercredi 2 août 2017, 15:06

    L'ensemble de cet article est pris à l'envers! Le problème provient en premier lieu d'un excès de consommation DES "gasoil"; ce produit COMBUSTIBLE est un distillat de raffinage et ce type de "coupe" n'est pas un produit fini à l'instar de l'essence (nafthe réformé), ce distillat peut par les techniques de "craquage" produire à nouveau l'ensemble des diverses coupes de distillation et donc économiser la production de bruts!. C'est donc au départ un gaspillage que de "brûler" ce produit, qui en plus est "impur" et donc polluant plus que d'autres coupes légères et finies. L'autre problème a été de faire croire à l'usagé le faible coût d'achat de ce distillat par rapport à l'essence. En effet, ce n'est pas le produit qui en fait le faible coût mais bien le faible niveau des accises, cumulé de tva, qui a poussé par la hausse de la demande, les constructeurs à diversifier la production de véhicules "diesel", alors qu'au départ ce type de motorisation était destinée aux véhicules "lourds" et aux "professionnels" de la route (taxi, VRP, livreurs etc...) Enfin, concernant la pollution, effectivement, il est IMPOSSIBLE de limiter aux normes les émanations d'un combustible ( qui dans ce cas sert de pseudo-carburant) au contraire d'un "carburant"comme l'essence dont on a déjà modifier la molécule finale en remplaçant l'atome de plomb par l'hydrogène afin de fixer le niveau "octane" (retardateur d'explosion à la compression); les particules résiduelles étant emprisonnées par la catalyse du pot d'échappement (à chaud), ce qui rend les valeurs toxiques résiduelles à l'échappement extrêmement faibles. Dès lors les responsables d'une telle situation sont TROIS: 1 l'Etat par le faible niveau de taxes,2 le consommateur avide de prix bas, et 3 les constructeurs qui se sont engouffrés dans ce créneau; car il ne faut pas s'y méprendre, les Cie pétrolières ont toujours prévenu de ce type de pollution, sans se faire écouter et là c'est le paradoxe. Cet article est donc à revoir dans son ensemble

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs