Turquie: un journaliste français écroué pour «terrorisme»

Le poste-frontière de Habur entre l’Irak et la Turquie, en 2013 © AFP
Le poste-frontière de Habur entre l’Irak et la Turquie, en 2013 © AFP

Un journaliste indépendant français a été placé en détention mardi par les autorités turques qui le soupçonnent d’activités «terroristes» en lien avec des combattants kurdes de Syrie, ont indiqué mercredi des sources judiciaires à l’AFP.

Loup Bureau, qui a notamment collaboré avec la chaîne française TV5 Monde, avait été interpellé la semaine dernière au poste-frontière de Habur entre l’Irak et la Turquie. Le jeune homme vient de terminer ses études de journalisme à l’IHECS à Bruxelles.

Des photos en compagnie de combattants du PKK

Après avoir passé cinq jours en garde à vue, il a été incarcéré dans la ville de Sirnak, dans le sud-est à majorité kurde de la Turquie, selon les sources judiciaires. Sirnak est située dans la province du même nom, frontalière de l’Irak et de la Syrie.

Une source sécuritaire citée par l’agence progouvernementale Anadolu a affirmé que M. Bureau avait été arrêté après que des photos le montrant en compagnie de combattants kurdes syriens des YPG, qu’Ankara considère comme une extension des séparatistes kurdes de Turquie (PKK), eurent été trouvées en sa possession.

La Turquie occupe la 155e place sur 180 au classement 2017 de la liberté de la presse établi par RSF.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FRANCE-POLITICS_BENALLA

    Benalla: le rapport accablant du Sénat sur les errements de l’Elysée

  2. 10767242-002-GJND0JDBD.1

    Les entreprises gavent-elles trop leurs actionnaires en dividendes?

  3. Geert Pauwels. © Kempenaerts

    Geert Pauwels: «Le transport de fret ferroviaire est une des solutions pour le climat»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite