Accueil Belgique Politique

Carlo Di Antonio (CDH): «Ce qui me dérangeait le plus avec le PS, c’était la course au PTB»

La première réunion du nouveau gouvernement wallon a lieu ce jeudi à l’Elysette. Le ministre CDH troque le partenaire socialiste pour le libéral, et se justifie.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 6 min

Il troque les socialistes (PS et CDH opéraient ensemble à Namur depuis 2004 !) pour les libéraux. Le centre-gauche pour le centre-droit. Bye bye Paul Magnette, bonjour Willy Borsus, nouveau locataire de l’Elysette. Ce jeudi, Carlo Di Antonio vit son premier exécutif wallon sous le signe de l’Orange bleue. Le ministre centriste-humaniste justifie le renversement d’alliance, appelle à composer des majorités alternatives à Bruxelles et à la Communauté, et livre ses premiers projets ministériels…

Changer de partenaire comme ça, en pleine législature, c’est brutal…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Giot Francis, jeudi 3 août 2017, 22:39

    Di Antonio va sans doute réaliser le rêve du CDH : mettre le milieu associatif a sa botte en le finançant et en lui confiant des missions ! En son temps André Antoine avait déjà tenté la même stratégie, elle avait fort heureusement échoué... Certaines associations ont déjà renoncé à revendiquer, à être un aiguillon pour le monde politique... c'est vraiment désolant mais ça risque bien d'arriver car les associations sont en difficultés financières suite à la crise et c'est vraiment dangereux pour l'avenir et pour la démocratie !

  • Posté par Giot Francis, jeudi 3 août 2017, 22:38

    Di Antonio va sans doute réaliser le rêve du CDH : mettre le milieu associatif a sa botte en le finançant et en lui confiant des missions ! En son temps André Antoine avait déjà tenté la même stratégie, elle avait fort heureusement échoué... Certaines associations ont déjà renoncé à revendiquer, à être un aiguillon pour le monde politique... c'est vraiment désolant mais ça risque bien d'arriver car les associations sont en difficultés financières suite à la crise et c'est vraiment dangereux pour l'avenir et pour la démocratie !

  • Posté par Lacroix André, jeudi 3 août 2017, 14:13

    Ah bon , ce n'était donc pas une affaire de mauvaise gouvernance dans le chef du PS , mais simplement la peur de disparaître face à la montée en puissance du PTB , et même des Ecolos . Enfin , un politicien qui , avec une naïveté déconcertante dans ce milieu , vient nous déballer la vérité : tout cela n'était en fait que de la tactique politicarde ( l'espérance de grappiller quelques postes ministériels dans un futur gouvernement fédéral ? ) si chère à tant de nos élu(e)s . Je pense que , malheureusement pour vous , Monsieur Di Antonio , le CDH , qui sera d'ailleurs d'ici peu étouffé par le MR , vient de signer son arrêt de mort .

  • Posté par Debaix Marie-jeanne , jeudi 3 août 2017, 12:08

    Tintin et les oranges bleues. Devinez qui joue le rôle de Tintin.

  • Posté par Francart Raoul, jeudi 3 août 2017, 11:46

    Ah! Les oranges Bleues ! Voilà une idée qui devrait avoir son succès; faire pousser des oranges dans un désert ! Utopie ou vérité ? Certains souhaient en faire une vérité et pourtant, tout reste à démontrer et rien n'est encore fait et rien ne serait fait que de trouver le moyen d'appauvrir davantage le peuple. La part sociale de ce regroupement falacieux et douteux quant à son éthique me laisse perplexe. Devrons-nous être continuellement grugés de vains mots qui ne donnent que trop peu de résultats ? Je reste sceptique quant à la base de l'idéologie d'un assemblage de frères ennemis ! Le CDH retrouve-t-il dans le MR ses mêmes valeurs démocratiques...bonjour les dégats.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

120 élues se mobilisent pour un #Metoo politique belge

Des femmes élues de tous partis, collaboratrices, attachées parlementaires et militantes gravitant autour et dans les milieux politiques, appellent le monde politique à prendre ses responsabilités face aux violences sexistes, sexuelles et psychologiques exercées par des mandataires publics ou apparentés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs