Accueil Opinions Éditos

Transfert de Neymar: le football hors de tout contrôle

Le joueur brésilien Neymar devrait bientôt rejoindre les rangs du PSG, malgré son contrat à Barcelone. Un transfert record de 222 millions d’euros.

Édito - Rédacteur en chef Temps de lecture: 2 min

Sauf rebondissement spectaculaire, toujours possible dans un milieu aussi imprévisible que celui du football, le feuilleton de l’été va se terminer dans les prochaines heures ou prochains jours : Neymar va passer de Barcelone au PSG. Montant, indécent, du transfert : 222 millions d’euros. Et au total, le dossier (commissions, salaires, image, etc.) tourne à la grosse louche autour des 500 millions.

Des chiffres qui donnent le tournis. Et la nausée. Le football est-il en train de devenir fou ? Non, il l’est depuis longtemps… La passion est aveugle mais aussi, souvent, amnésique car, depuis 30 ans en fait, le business du ballon rond repousse les limites du bon sens. Depuis le passage de Maradona de Barcelone à Naples ou celui de Figo de Barcelone à Madrid, pour ne citer que deux exemples parmi des centaines. Certes, dans le cas de Neymar, on explose tous les plafonds, mais ce n’est qu’un nouvel épisode de la course en avant du foot business depuis l’arrêt Bosman et l’inflation sans commune mesure des droits télé.

Le plan géostratégique et financier du Qatar

Si le football est fou, les Qataris du PSG, à la base de « l’opération Neymar », ne le sont pas du tout. Au contraire, leur plan, financier et géostratégique, est mûrement réfléchi, pesé et soupesé. C’est un exemple magnifique de « soft power » pour soigner leur image et leur influence dans le monde. Sportivement, mais c’est secondaire dans cette histoire, c’est autre chose. Le PSG n’est que le jouet de la famille Al-Thani, rien de plus.

Quoi qu’il en soit, au moment où les citoyens exigent – logiquement – du monde politique de la transparence, de la bonne gouvernance et la moralisation des pratiques, l’indécence du football apparaît de manière encore plus choquante. Même si les critiques des autres grands clubs (ou de l’UEFA) contre le PSG nous font sourire alors qu’ils sont loin, pour la plupart, d’être irréprochables. Le monde du ballon rond doit balayer devant sa porte avant de jouer les vierges effarouchées.

La vraie question, elle, est simple : le foot va-t-il mourir de ses excès ? On n’y croit pas une seule seconde. Le ballon rond passe depuis des années d’un scandale à l’autre sans encombre. Du hooliganisme aux paris truqués, de la fraude fiscale (faut-il rappeler que Ronaldo a été inculpé cette semaine suite aux révélations du Football leaks ?) aux investissements opaques, rien ne semble pouvoir freiner cette bulle totalement hors de contrôle. Jusqu’à quand ?

Kroll présente HMI: Neymar au PSG

Le caricaturiste livre son regard sur l’actualité pour « Le Soir ».

Temps de lecture: 1 min

.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Yernaux Jean-pierre , jeudi 3 août 2017, 21:25

    On s'offusque parfois à juste titre du salaire des chefs d'entreprise responsables de l'emploi de milliers de personnes, de mandataires politiques (300.000 euros par exemple) qui sont responsables des décisions concernant des milliers, voire des millions de personnes. Mais on trouve normal des salaires de quelques dizaines de millions par ans payé à des footballeurs mais payé en fait par les spectateurs, les acheteurs de produits dérivés comme un maillot pour 60, 80 euros. Souvent par des moins nantis de notre société. Ce sont les mêmes qui crient haro contre les premiers et qui approuvent le salaire des footballeurs. Ou va le populisme !!!!

  • Posté par Hubin Olivier, vendredi 4 août 2017, 20:59

    Les moins nantis rêvent de devenir Neymar mais ça demande plus de talent que de gratter à l'euro millions. De fait, à partir de 221 millions d'euros, il y a beaucoup de moins Nantis . heureux de voir que vous n'êtes pas concerné...

  • Posté par Michel HAUTEKEER, jeudi 3 août 2017, 10:20

    Personne ne semble s'offusquer des montants en jeux, non car ils sont déraisonnables depuis longtemps. Au moment de la création de la champion's league il était clair qu'il ne s'agissait plus que de business entre clubs nantis. S'offusquer des montants: oui, car les bulles privées lorsqu'elles éclatent, c'est toujours l'argent public qui éponge... Les gains sont "privés", les dettes sont " publiques" c'est habituel... et plus on en gagne, moins on veut participer à l'impôt, vous avez remarqué, mais effectivement rien à voir... business as usual

  • Posté par Bernard Leduc, jeudi 3 août 2017, 9:45

    Cela doit-il être sous contrôle ? Tant que c'est de l"argent privé et qu'il n'y a pas de fraude, où le problème ? Il n'y a par ailleurs aucun lien entre la fraude de Ronaldo et le montant du transfert de Neymar, si ?

  • Posté par Hubin Olivier, vendredi 4 août 2017, 20:49

    Le PSG Appartient à un fonds souverain Quatari, aucun argent privé n'intervient dans cette transaction. Les 3 meilleurs joueurs de la planète dont Neymar, sont au minimum inculpé pour fraude fiscale aggravée. Le transfert de Neymar viole sciemment le fair-play financier implémenté par Platini, lui- même condamné pour corruption et trafic d' influence. Je continue ????

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Éditos

Piqûre de rappel

L’injection de la troisième dose est enfin au centre de la stratégie et considérée comme l’élément qui va permettre de continuer à vivre quand même un peu normalement.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs