Transfert de Neymar: la Liga rejette le paiement de la clause libératoire

© AFP
© AFP

La Ligue espagnole de football a annoncé jeudi avoir refusé d’accepter le paiement de la clause libératoire de 222 millions d’euros permettant le départ de l’attaquant brésilien Neymar du FC Barcelone vers le Paris Saint-Germain. Le refus du chèque est susceptible de retarder le transfert mais pas nécessairement de faire capoter l’opération.

« Les représentants légaux du joueur se sont présentés à la Liga pour déposer (la somme de) la clause, qui a été rejetée », a expliqué un porte-parole à l’AFP. Les représentants de Neymar ont refusé de répondre aux questions des nombreux journalistes massés devant le siège de la Liga à Madrid.

Un refus annoncé

Le président de la Ligue espagnole, Javier Tebas, avait annoncé dès mercredi son intention de bloquer le transfert en refusant de percevoir l’argent de la clause de cession, qui doit permettre que le joueur soit libéré de son contrat barcelonais.

«Nous n’acceptons pas cet argent d’un club comme le PSG qui (...) enfreint les normes et les lois ‘du fair-play financier’ de l’UEFA», avait déclaré au quotidien sportif As. «Ce serait un contresens que d’accepter ce paiement. Si le PSG se présente avec l’argent de la clause de Neymar, nous ne l’accepterons pas», avait-il ajouté.

Sur le même sujet
Football / Soccer
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite