Racket des migrants du parc Maximilien par des policiers: une enquête judiciaire sera lancée

©Joakeem Carmans / Le Soir
©Joakeem Carmans / Le Soir

La RTBF a recueilli des témoignages troublants de migrants du parc Maximilien. Ils affirment que, sous prétexte de contrôle, des policiers leur dérobent téléphones portables et de l’argent avant de les relâcher.

La plupart des migrants qu’ils ont rencontrés au parc Maximilien racontent la même histoire : plusieurs d’entre eux se sont fait dépouiller de leur GSM et parfois aussi de leur argent par des policiers.

Geza est érythréen et les faits qu’il a relatés se seraient produits à la gare du Midi : « Ils sont venus, l’ont arrêté, lui et son ami, ils ont pris dans son sac l’argent qu’il y avait, il dit qu’il y avait pour 450 euros, et son téléphone. Et ils les ont laissés partir. Ils ont fait comme s’ils fouillaient et quand il a récupéré son sac, il a regardé, il n’y avait ni argent ni téléphone. Il a essayé de leur faire comprendre et ils lui ont demandé de partir ».

D’autres occupants du parc font état de policiers débarquant vers 6 heures du matin et distribuant des coups de matraque aux personnes endormies. Françoise Romnée, bénévole au sein du groupe «Solidarité avec les réfugiés de la gare du Nord», estime que «ces réveils musclés» ne sont pas systématiques, mais qu’ils existent réellement. «Il arrive que des policiers donnent des coups de pied dans les sacs de couchage pour les réveiller. Il y a déjà eu des matraquages au réveil. Ce sont des petits coups sur la tête, dans le dos...», explique-t-elle.

La zone de police Bruxelles capitale-Ixelles a réagi

Suite aux accusations portées à l’encontre des policiers suspectés de racket sur les migrants, la zone de police Bruxelles capitale-Ixelles a réagi. Comme le lieu de racket se trouve sur le territoire de cette zone de police, la commissaire Ilse Van de Keere a tenu à s’exprimer sur la question.

« Nous n’avons aucune connaissance de pareils faits. Contact a été pris avec le comité P. Une enquête judiciaire sera lancée sans délai. Notre corps de police organise bien de façon structurée des contrôles des personnes occupants illégalement le parc. Dans ce lieu de transit et d’infortune, les bagarres et autres nuisances ne sont pas rares, sans compter l’aspect humain  », a précisé la commissaire.

La police fédérale reste attentive

Du côté de la police fédérale, même son de cloche. Elle dit n’avoir aucune connaissance de faits présumés d’extorsion. Et que « jusqu’à preuve du contraire, nous avons confiance en nos policiers. L’intégrité est une de nos valeurs fondamentales. Si certaines allégations devaient s’avérer exactes, nous ne manquerions par conséquent pas de réagir avec fermeté ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite