Radja Nainggolan taquine un supporter de la Juventus (vidéo)

Radja Nainggolan taquine un supporter de la Juventus (vidéo)
Capture d’écran

Nouvelle saison, même Radja. Le Diable rouge Radja Nainggolan n’a en effet pas changé durant la trêve et l’Anversois sait toujours comment se faire apprécier par ses propres fans… tout en se mettant à dos ceux des autres équipes.

Il a quelques jours, alors que le milieu de terrain signait quelques autographes auprès des fans après un entraînement à Boston, il s’est fait remarquer en refusant de signer un… maillot de la Juventus. Si l’ancien joueur de Cagliari a accepté de faire plaisir à tous les supporters, il n’a pas voulu faire de cadeau à ce fan d’une équipe concurrente : « Tu soutiens la mauvaise équipe », a même lâché le milieu de terrain belge.

Et si le fan en question a répondu que « tous les autres joueurs avaient bien voulu signer », Radja est resté sur ses positions…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite