Un chauffeur de bus «tasé» par des confrères d’une société concurrente à la gare du Midi

© Pierre-Yves Thienpont - Le Soir
© Pierre-Yves Thienpont - Le Soir

Un chauffeur d’un petit bus privé a reçu, mercredi peu après 10H00, à la gare du Midi, un coup de taser dans l’œil porté par un chauffeur d’une société concurrente, selon une information divulguée par La Capitale et confirmée jeudi par le parquet de Bruxelles. Quatre protagonistes ont été privés de liberté, auditionnés puis relaxés. Une enquête est en cours afin de préciser les circonstances de l’altercation.

La police locale de Bruxelles-Midi a été appelée pour une bagarre rue de France à Saint-Gilles. D’après les premières informations, celle-ci trouverait son origine dans un différend entre trois chauffeurs de bus travaillant pour deux sociétés privées qui transportent des voyageurs entre la gare de Bruxelles Midi et l’aéroport de Charleroi. Le ton serait monté entre eux. Une quatrième personne munie d’un taser serait alors intervenue et aurait frappé l’un des chauffeurs de bus avec son taser. Ce dernier a été emmené à l’hôpital où il a reçu des soins. Il subit une incapacité de travail de trois jours.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite