Les Jeunes VLD veulent lancer le débat sur le port d’armes

L es gens devraient-ils être libres de posséder une arme pour se protéger ? » Cette question sera débattue ce week-end lors d’un congrès d’été des Jeunes VLD à Bruxelles. Le sujet, posé sur la table par Jerry Van Echelpoel, a en tout cas suscité l’émoi sur les réseaux sociaux depuis sa publication.

Les jeunes libéraux flamands se réuniront en congrès du 4 au 6 août afin de débattre de propositions, mises en avant par le bureau politique, mais aussi par les militants. Elles vont de la dépénalisation de l’avortement à la suppression des allocations familiales, en passant par la liberté de disposer d’une arme.

« Le gouvernement parvient de moins en moins à protéger les citoyens »

L’auteur de cette dernière suggestion, Jerry Van Echelpoel, la défend avec conviction. «Le gouvernement parvient de moins en moins à protéger les citoyens. Le monopole de la violence n’est plus uniquement entre les mains des services d’ordre et de l’armée. Des organisations criminelles et des terroristes parviennent toujours plus facilement à se procurer des armes sans que les citoyens puissent se défendre», estime-t-il.

Le jeune libéral suggère donc que les citoyens «qui en sont capables puissent disposer d’une arme pour se défendre et protéger leur famille», avant d’ajouter que la libre possession d’arme est une «partie essentielle de la liberté individuelle» et d’une «société sûre».

L’émoi sur les réseaux sociaux

Cette proposition a immédiatement engendré un débat virulent sur les médias sociaux. Plus de 800 commentaires avaient déjà été publiés vers 18h00 sur la page Facebook des Jeunes Vld. Le sondage sur le réseau social compte pour l’instant plus de soutiens que d’opposants.

Le président des Jeunes VLD Maurits Vande Reyde a affirmé sur Twitter que les congrès étaient l’endroit adéquat pour aborder toutes les idées, aussi celles qui sont controversées.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.

    Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. «
L’objectif de ce qu’on fait, c’est de faire les choses différemment et mieux
», se défend Boris Johnson.

    Brexit: Boris Johnson ressort la menace d’une sortie sans accord

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite