Accueil Économie Emploi

Trois ans de baisse continue du chômage en Wallonie

L’embellie sur le front de l’emploi est confirmée dans de multiples secteurs en Wallonie et à Bruxelles. L’offre d’emploi a bondi de 33 % en un an.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Economie Temps de lecture: 4 min

Trente-sept mois. Soit plus de trois ans que le chômage diminue en Wallonie. «  Fin juillet, la Wallonie compte 226.603 demandeurs d’emploi inoccupés, soit 8.417 de moins qu’en juillet 2016, confirme le Forem, dont Le Soir a pris connaissance des dernières statistiques. La demande d’emploi diminue pour le 37e mois consécutif sur une base annuelle.  »

Autrement dit : la demande d’emploi, exprimée en pourcentage de la population active, s’élève à 14,4 % en juillet, à comparer avec les 14,9 % de juillet 2016 et 15,8 % de juillet 2015. Compte non tenu de l’afflux naturel des inscriptions d’étudiants tout juste diplômés en juillet, ce taux serait encore plus favorable, à 13,3 %. Actiris dressait il y a peu un constat comparable : une 33e baisse consécutive du chômage à Bruxelles.

1

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Eric Lavenne, vendredi 4 août 2017, 11:19

    En outre, est considéré comme "travailleur" : toute personne prestant à peine quelques heures par semaine ,par exemple;...........Donc ces moyennes arithmétiques ,montrent une amélioration sans plus; mais ,relativement aux valeurs émises ,existent des questions ? Ainsi ces chiffres ne disposent d'aucune marge d'erreur calculée.(ce qui serait indispensable ,dans un tel article).N'oubliez pas non plus qu'une inflation "globale" proche des 2% ,s'accompagne très souvent d'une réduction de chômage ......Si l'inflation venait ,à s'élever sensiblement ; existeraient plusieurs problématiques à envisager. alors

  • Posté par Eric Lavenne, vendredi 4 août 2017, 11:04

    Toutes ces valeurs constituent des moyennes arithmétiques et donc sont loin d'être fiables .Pour ce faire, consultez les valeurs de la région de Bruxelles (population dense sur un espace géographique étriqué) . Dès ,la prise en considération de "sous région géographiquement restreinte" des surprises désagréables peuvent poindre. En outre ; pas mal de travailleurs wallons se déplacent à Bxl; et des travailleurs bruxellois le font en Flandres etc etc .....

  • Posté par Van Steen Willy, vendredi 4 août 2017, 9:52

    Cette éternelle interrogation entre les chiffres et le ressenti. Quand je vois à côté de chez moi des glandeurs entre 20 et 30 ans, qui ne font rien de leurs journées, qui ne cherchent pas de travail, qui se complaisent dans leur situation, qui se pavanent de surcroît en affichant leur superbe dans leurs voitures kitées( pots bruyants, radios tonitruantes, etc.) , qui reçoivent leurs semblables en mettant le bord... chaque soir dans la rue, je me pose la question: le chômage est-il vraiment en baisse en Wallonie? Comment se fait-il que ces gaillards restent aux crochets de la société, alors qu'ils sont à un âge où leur trop plein d'énergie s'arrête faute de ??? Faute de les payer à ne rien faire?? Si ils avaient faim, ils agiraient certainement autrement! Il faut absolument les inciter à se prendre en charge, sinon ce seront des chômeurs à vie!

  • Posté par Dopchie Henri, vendredi 4 août 2017, 13:06

    Bravo!

  • Posté par Synd.employes Techniciens Et Cadres , vendredi 4 août 2017, 9:01

    C'est le même journaliste qui a fait l'article du 16 mars 2017 ??????? http://plus.lesoir.be/86193/article/2017-03-16/37000-personnes-exclues-des-allocations-dinsertion-en-deux-ans

Plus de commentaires

Aussi en Emploi

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs