Nouvelle baisse du chômage en Wallonie

© Coralie Cardon
© Coralie Cardon

Depuis près de trois ans, les chiffres du chômage sont très encourageants en Belgique francophone. Selon les informations du Soir, la Wallonie enregistre en juillet son 37e mois de baisse du chômage. À Bruxelles, la tendance est comparable avec 33 mois de baisse continue.

Ce sont bel et bien les effets de l’embellie économique générale qui se font sentir, mais aussi de la réglementation plus restrictive relative au chômage. Une partie des personnes ayant perdu leur droit aux allocations ne se sont pas réinscrites au Forem, disparaissant ainsi des radars. D’autres mesures ont également amélioré l’employabilité des candidats (comme un meilleur accompagnement, la multiplication de contrats d’insertion ou encore des cellules de reconversion pour les travailleurs frappés par les restructurations). Le tax shift instauré par le gouvernement fédéral a rassuré certains employeurs craintifs.

Les jeunes, premiers en tout

En période de crise, les jeunes sont les premiers à souffrir des coupes franches dans la masse salariale. Mais « en période de reprise, ils sont parmi les premiers à en bénéficier », commente Jean-Marc Manfron, responsable des analystes de marché au Forem. À Bruxelles, le chômage des jeunes diminue depuis 50 mois déjà. « À chaque nouvelle baisse du taux de chômage, on reste étonné », se réjouit le directeur général d’Actiris, Grégor Chapelle.

Mais malgré les bonnes nouvelles, Bruxelles et la Wallonie restent toujours largement en deçà des performances de l’emploi en Flandre.

La suite de l’article à lire sur Le Soir +

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le département dont Strasbourg est le chef-lieu concentre un nombre étonnamment élevé de «
fichés S
».

    Fusillade à Strasbourg: le Bas-Rhin, bastion des radicalisés

  2. Le plan prévoit de faire passer la part des énergies vertes dans la consommation énergétique finale de 8,65
% en 2016 à 18,4
% en 2030.

    Voici les contours du plan énergie-climat belge

  3. Selon le D
r
 Denis Dufrane, l’automatisation permet un traitement intégral en salle blanche et surtout de garantir une parfaite sécurité du produit final pour le patient.

    Première mondiale: une usine à produire de l’os

Chroniques
  • Visa pour la Flandre: il faut que vous le sachiez…

    Il faut que vous le sachiez : le déséquilibre Nord-Sud en Belgique ne concerne pas que la croissance économique ou les situations budgétaires, il touche aussi au volume d’informations. Alors que le Belge francophone est calé dans son fauteuil après les JT devant une série, un film ou un match de foot, un certain public flamand est, lui, en immersion dans un bain d’interviews longues, d’analyses de haute tenue en lien avec l’actualité du jour. Et pas que flamande : de tout ce qui se passe en Belgique, même francophone et dans le monde.

    De 20 à 21h, chaque jour de la semaine, la Flandre peut se nourrir de Terzake suivi de De Afspraak. Le premier  talk-show est animé par un couple d’intervieweuses redoutées car coriaces et très au fait de leurs dossiers. Annelies Beck et Kathleen Cools sont ainsi autant louées qu’insultées sur les médias sociaux par des obsédés de l’opinion. D’un à trois thèmes...

    Lire la suite