Accueil Monde Europe

Une plainte d’un militant belge contre le ministre turc de l’Intérieur

Bahar Kimyongur, acquitté en Belgique, est qualifié dans une publication de « fondateur d’une organisation terroriste ».

Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Une centaine de manifestants se sont rassemblés samedi, place Saint-Jean à Bruxelles, à l’ombre de la statue de résistante belge Gabrielle Petit, à l’occasion d’une manifestation de soutien à deux enseignants turcs, Nuryie Gülmen et Semih Özakça, emprisonnés par le régime Erdogan après avoir été licenciés, comme 5.000 de leurs collègues au lendemain de la tentative de coup d’Etat. Les deux enseignants observent depuis 150 jours une grève de la faim mettant en danger leur vie, malgré l’apport de vitamines B1.

Au cours de cette manifestation, le militant belge d’extrême-gauche Bahar Kimyongur, a annoncé le dépôt d’une plainte contre le ministre turc de l’Intérieur après la publication, par le Centre de recherche et d’études du ministère de l’Intérieur (AREM) d’un livre le qualifiant de « représentant féroce d’une organisation terroriste » et de « fondateur d’une organisation terroriste ». Cette plainte pour diffamation, harcèlement moral, atteinte à l’honneur, incitation à la haine, a été déposée à Istanbul.

« Notice rouge » illégale

Bahar Kimyongur avait été acquitté en Belgique pour des faits allégués de terrorisme (l’affaire dite du DHKP-C), mais avait été frappé depuis 2006 d’un mandat d’arrêt international délivré par la Turquie en raison de sa participation à un chahut organisé le 28 novembre 2000 lors de la visite à Bruxelles du ministre turc Ismaïl Cem.

Il avait été arrêté à trois reprises, aux Pays-Bas, en Italie et en Espagne en raison de l’existence d’une « notice rouge » délivrée par Interpol à la demande de la Turquie. La Belgique avait prêté son concours à l’éxécution de son arrestation aux Pays-Bas. Cette « notice rouge » avait à chaque fois été déclarée illégale par les juridictions des différents pays concernés. Le 22 août 2014, Interpol avait officiellement retiré la « notice rouge » visant le ressortissant belge.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une