Le vignoble de Plumecoq à Huy renait de ses cendres

Dans cet article
Sharam tente de restaurer entièrement ces lieux emplis d’histoire
Sharam tente de restaurer entièrement ces lieux emplis d’histoire - R.R

Cela fait huit ans que Sharam et son beau-père restaurent le vignoble de Plumecoq situé sur les hauteurs de Huy. Ils ont d’abord dû réaménager la petite maison installée tout en haut des coteaux où la nature avait repris ses droits et dans laquelle un arbre avait même poussé. C’est d’ailleurs dans cette ancienne maison de vigneron que Marc a élu domicile. Ils ont ensuite recréé des petits chemins praticables, replanté quelques arbres et aménagé quelques points d’eau. Ils s’attaquent à présent au gros du travail : restaurer les terrasses à l’identique et leur magnifique pavillon de 1840 offrant une vue imprenable sur la ville de Huy, son fort et ses bords de Meuse.

Pour l’instant, Sharam et ses amis ont déjà démonté le toit, monté la charpente et posé les ardoises sur celle-ci.

« On manque de moyens mais on est vraiment amoureux de ce domaine, il était hors de question de laisser tout s’effondrer. Pour refaire le toit, j’en ai déjà eu pour environ 3.500 euros de matériaux : c’est un coût, quand même. »

Un coût qui en vaut la peine. En effet, ce lieu est gorgé d’histoires et a été classé au Patrimoine comme monument le 17 août 1993.

Le pavillon était, avant, un vide-bouteille surnommé le « Vide-Bouteille des Grands-Malades »,où les bourgeois de la région venaient déguster le vin du vignoble ou prendre leur déjeuner. « Il est possible qu’il ait, auparavant, eu une tout autre utilité ou qu’il ait remplacé un bâtiment plus ancien puisque des fondations ont été retrouvées sous le dallage », ajoute Marc Dandoy, ancien archéologue à la Ville de Huy. Marc a également découvert d’étonnantes armoiries sur les marches qui mènent à ce belvédère : « Les marches ont en fait été récupérées hors d’une pierre tombale gothique appartenant à la famille Devaux, d’anciens vignerons du 14e siècle. » La famille espère avoir fini les travaux de la tour pour fin septembre. Leur projet étant d’y aménager une bibliothèque dans laquelle ils pourraient déguster leur vin personnel.

« On aimerait replanter quelques vignes et faire un peu de vin dans le but de perpétuer l’histoire de ce terrain. » Le lieu sera également ouvert aux amateurs et curieux sur rendez-vous.

Plumecoq, un vignoble d’exception

Le vignoble de Plumecoq a vu le jour vers le quart du XIXe siècle et a prospéré durant un peu plus d’un siècle. Il a été considéré comme un des meilleurs de Wallonie. Et pour cause ! Même si celui-ci n’est plus en activité depuis 1944 , il profite d’un ensoleillement quasi permanent. Si son activité s’est arrêtée brutalement, c’est parce que durant la Guerre, Paul Gaillard est décédé dans son vignoble, tué par un éclat de bombe censé détruire le pont du chemin de fer, mais dont la première rafale est tombée sur la colline de Yerpen. Depuis, le vignoble a connu plusieurs propriétaires, mais ceux-ci n’ont jamais entrepris les travaux nécessaires à la restauration de son patrimoine. Il reste encore énormément de travaux à faire (châssis, plafonnage, sablage...) et les matériaux manquent.

Pour prendre rendez-vous afin de visiter le vignoble et son vide-bouteille : 0471/47.84.01.

Plumecoq, un vignoble d’exception

Par R.R

Le vignoble de Plumecoq a vu le jour vers le quart du XIXe siècle et a prospéré durant un peu plus d’un siècle. Il a été considéré comme un des meilleurs de Wallonie. Et pour cause ! Même si celui-ci n’est plus en activité depuis 1944 , il profite d’un ensoleillement quasi permanent. Si son activité s’est arrêtée brutalement, c’est parce que durant la Guerre, Paul Gaillard est décédé dans son vignoble, tué par un éclat de bombe censé détruire le pont du chemin de fer, mais dont la première rafale est tombée sur la colline de Yerpen. Depuis, le vignoble a connu plusieurs propriétaires, mais ceux-ci n’ont jamais entrepris les travaux nécessaires à la restauration de son patrimoine. Il reste encore énormément de travaux à faire (châssis, plafonnage, sablage...) et les matériaux manquent.

Pour prendre rendez-vous afin de visiter le vignoble et son vide-bouteille : 0471/47.84.01.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous