Accueil Société Régions Bruxelles

Moutons, vaches ou ânes, ces animaux chargés de l’entretien des espaces verts

Des moutons au Rouge-Cloître, des vaches au Scheutbos, des chèvres dans le cimetière de Bruxelles et des ânes au plateau Engeland. Pour une même mission : brouter et débroussailler.

Temps de lecture: 3 min

Ceux qui ont pensé que c’était un gadget en sont pour leurs frais. Utiliser des animaux pour nettoyer ou débroussailler certains espaces verts, ça marche ! Bruxelles-Environnement le fait depuis des années. L’an dernier, l’administration régionale a installé des ânes sur le plateau Engeland à Uccle. Bilan ?

« Cela fonctionne super-bien, explique Jean-Christophe Prignon (Bruxelles-Environnement). Ils sont appréciés, ne font pas de bruit. On a juste eu un riverain qui a proféré des propos légèrement menaçants parce qu’il pensait qu’ils viendraient près de sa terrasse et qu’ils attireraient les mouches… Ils ne posent aucun problème et sont particulièrement intéressants car ils mangent les ronces et font donc du débroussaillage. »

Avant cela, il y avait eu l’installation de moutons au Rouge-Cloître. « Il y a effectivement cinq moutons au Rouge-Cloître, ajoute le spécialiste de Bruxelles-Environnement. Durant les six mois de la belle saison, ils s’occupent de nettoyer les talus autour des bâtiments de l’ancienne abbaye. Ce sont des moutons mis à notre disposition par l’ASBL Cheval et Forêt. Et, en hiver, ils restent sur le site mais dans une prairie avec un abri. Ils sont de la race des roux ardennais. Rustiques et résistants, ils s’accordent bien au relief ». Il y a d’ailleurs des moutons qui remplissent la même tâche sur un terrain en friche situé entre l’avenue de Vilvorde et le canal, non loin de la station d’épuration.

Mais la première expérience en la matière a été menée au Scheutbos. Sur cet espace semi-campagnard molenbeekois, des vaches Galloway broutent en pâture depuis pas loin de 15 ans.

Là aussi à la satisfaction du gestionnaire du site. « On avait choisi des vaches parce que, précédemment, il y avait des vaches dans ces prés. Il s’agit de vaches écossaises très rustiques. Elles résistent aux maladies, peuvent vêler toutes seules et il ne faut même pas les traire. Elles restent sur place, été comme hiver. »

Elles sont particulièrement efficaces pour brouter les espèces végétales qui poussent rapidement. De quoi permettre le maintien d’un certain équilibre et favoriser par là même la coexistence d’un plus grand nombre de plantes. On peut voir ces vaches à l’œuvre du côté de la rue de la Flûte enchantée.

« Jusqu’à présent, on n’a pas eu d’ennuis, conclut ce spécialiste. Juste quelques chiens non maintenus en laisse. C’est embêtant mais on n’a pas eu de sérieux soucis. Par contre, je tiens à dire que les animaux présentent le meilleur bilan environnemental pour l’entretien des espaces ouverts. Le prochain endroit où on en utilisera, ce sera sans doute le Zavelenberg, mais pas avant 2018 ou 2019. ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo