Les attentats ont fait grimper le prix des armes à feu en Belgique

© AFP
© AFP

Les attentats ont fait grimper le prix de la Kalachnikov, titre jeudi La Libre Belgique qui s’appuie sur une étude de l’Institut flamand de la paix sur le marché illégal des armes en Belgique. L’étude du Vlaams Vredeinstituut, organe d’avis et de recherche du parlement flamand, relève que «  la PJF de Bruxelles a constaté une baisse dans le trafic illégal d’armes à Bruxelles depuis les attentats terroristes en France et en Belgique ».

La PJF Bruxelles attribue cette baisse à son travail. Les trafiquants seraient de plus en plus conscients des risques d’être pris et des peines plus lourdes quand ils sont en contact avec des réseaux terroristes. «  Cela a une influence sur la disponibilité et les prix des fusils d’assaut à Bruxelles : les armes de type Kalachnikov se vendraient de 2.000 à 3.000 euros (contre 1.200 euros il y a quelques années), tandis que le pistolet Glock vaut environ 3.000 euros (contre 1.000 euros il y a quelques années) », notent les chercheurs.

Ces chiffres doivent toutefois être pris avec précaution, car il s’agit d’estimations basées sur une poignée de cas.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous