Ittre à l’heure des choix difficiles

Les travailleurs d’IdemPapers. La faillite a non seulement entraîné la perte de 400 emplois, mais aussi amputé le budget de la commune de 1,2 million d’euros de recettes fiscales annuelles.
Les travailleurs d’IdemPapers. La faillite a non seulement entraîné la perte de 400 emplois, mais aussi amputé le budget de la commune de 1,2 million d’euros de recettes fiscales annuelles. - V.F.

Lors de la présentation du compte communal 2016, avant l’été, la majorité en place à Ittre s’était félicitée des bons résultats engrangés sur le plan budgétaire. Mais l’ambiance était tout autre, mardi soir autour de la table du conseil communal. La faillite d’IdemPapers fait que le précompte immobilier dû par l’entreprise papetière de Virginal pour 2016 a été inscrit en irrécouvrable, et les pertes fiscales pour l’avenir sont évaluées à 1,2 million d’euros par an. Soit 10 % du budget total à l’ordinaire…

Les conséquences financières pour la commune sont donc considérables et l’échevine des Finances, Hélène de Schoutheete, a donné le départ d’une « longue course de fond pour mettre en place les réformes structurelles adéquates ». Depuis quelques semaines, les échevins planchent avec les responsables de tous les services communaux pour amortir le choc, programmer un maximum d’économie et garder le budget en équilibre.

Diminution linéaire

La modification budgétaire proposée mardi soir adapte déjà un certain nombre de dépenses pour récupérer 250.000 euros à l’ordinaire. Les frais de fonctionnement sont diminués de manière linéaire de 10 %, tout comme les subventions aux associations. Et concernant le volet extraordinaire, la majorité renonce volontairement à certains projets, en attendant de trouver un financement pour les remettre éventuellement en piste.

Comme le Centre régional d’aide aux communes l’a recommandé (lire ci-contre), un travail poste par poste a aussi été effectué pour coller au plus près à la réalité des dépenses. « Ce qui nous donne un peu d’air dans l’immédiat, mais réduit notre marge de manœuvre pour la suite », a reconnu l’échevine des Finances.

Pour l’avenir, la majorité compte respecter ses engagements : pas question de toucher à l’impôt sur les personnes physiques (IPP) et au précompte immobilier durant cette législature. Par contre, un certain nombre de services rendus – minibus communal, crèches, extrascolaire, etc. – verront sans doute leur tarif augmenter…

Côté opposition, PA et Ecolo dénoncent en chœur le manque d’anticipation du collège : cela fait des années que les conseillers de la minorité demandent que la commune travaille à la recherche de ressources financières alternatives. Et que l’importance des frais de personnel, des frais de fonctionnement ainsi que la surévaluation de certaines recettes est dénoncée lors des discussions budgétaires…

La diminution linéaire de 10 % de certaines dépenses et des subsides, méthode choisie par le collège pour éviter des discussions sans fin, est également fustigée. Pour PA, il y avait d’autres pistes comme une réévaluation cadastrale, ou la taxation des activités commerciales dans les salles de spectacle de l’entité. Luc Schoukens, pour Ecolo, estime pour sa part que diminuer de 10 % la subvention au centre culturel met carrément en péril l’existence de l’institution…

« Prendre des mesures, ça ne plaît à personne, a rétorqué le premier échevin Christian Fayt (PS). On voulait d’abord faire l’effort nous-mêmes, au niveau communal, en prenant un peu chez tout le monde, pour que ce soit le moins pénible possible. Faire l’autruche ne sert à rien : il faut prendre des décisions pour l’avenir. ».

PA annonce un dépôt de plainte

Au nom du groupe Participation et alternatives (PA), le conseiller Claude Debrulle a dénoncé lors des débats ce qu’il considère comme une « véritable entrave au travail du conseil communal, un manque de respect pour son rôle de contrôle de l’action du collège, et une volonté délibérée d’occultation de pièces essentielles ».

En cause, les recommandations du Centre régional d’aide aux communes (Crac) communiquées à la commune d’Ittre en décembre dernier et figurant à l’ordre du jour du collège communal du 23 janvier 2017.

En avril, PA avait demandé d’en avoir connaissance pour en débattre. Le collège a répondu qu’elles étaient toujours à l’examen, puis en mai qu’un conseil communal y serait consacré. Le conseil de juin a été supprimé et les 41 pages de recommandations du Crac n’ont été fournies que le 2 août, suite à une nouvelle demande de l’opposition.

PA a dès lors annoncé mardi soir que cette « saga de sept mois » ferait l’objet d’une plainte auprès de la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous