Sondage: de Paris à Bruxelles, à quoi bon garder les militaires en rue?

Sondage: de Paris à Bruxelles, à quoi bon garder les militaires en rue?

Hamou B., 36 ans, a foncé mardi avec son véhicule sur un groupe de militaires à Levallois-Perret, dans l’agglomération parisienne. L’opération Sentinelle, mise en place depuis janvier 2015 pour sécuriser les sites sensibles, est directement visée.

En Belgique, aussi, les militaires occupent les rues depuis 2015 et l’attentat déjoué de la cellule djihadiste de Verviers. Le nombre de militaires engagés dans l’opération « Vigilant Guardian » est monté jusqu’à 1.800 après les attentats du 22 mars 2016 pour se stabiliser à 1.250 actuellement.

Aujourd’hui, de Paris à Bruxelles, la présence des tenues kaki dans les gares, les métros ou devant certains lieux de culte est remise en cause. Plusieurs éléments entrent en ligne de compte dans le débat :

Créez votre compte Le Soir pour continuer à lire les articles gratuits en illimité

*En validant ce formulaire, vous acceptez que Le Soir traite vos données à caractère personnel pour les finalités suivantes : création et gestion de votre compte. Ces données seront également utilisées en fonction des options choisies à des fins de marketing et de ciblage publicitaire. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de limitation, de suppression, d’opposition, de rectification et de portabilité des données personnelles vous concernant. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection de la vie privée.

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous