Accueil Sciences et santé

L’industrie de la viande défend son bifteck

La consommation de viande ne cesse de baisser dans notre pays. Mais le secteur est porté par les exportations. Pour les éleveurs et les producteurs, les produits carnés font partie d’un régime équilibré.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Le classement de la charcuterie et de la viande rouge dans la liste des aliments oncogènes apparaît comme un nouveau coup porté à un secteur qui, depuis plusieurs années, est sous pression. Que ce soit pour des raisons de santé publique ou environnementales, la consommation de viande est de plus en plus critiquée. Tant et si bien que les Belges en mangent de moins en moins. Selon les derniers chiffres disponibles auprès du SPF Economie, nos compatriotes ont réduit leur consommation de viande de 13 % entre 2005 et 2013. La baisse est plus nette pour le bœuf (– 22 %) et le poulet (– 16 %), moins marquée pour le porc (– 6 %). En un an, nos compatriotes mangent pourtant encore 50 kilos de viande, dont un peu moins de 25 kilos de porc, 15 kilos de volaille et 5,85 kilos de bœuf.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sciences et santé

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs