Deux planètes potentiellement habitables découvertes à 12 années-lumière de la Terre

Photo prétexte ©D.R
Photo prétexte ©D.R

Et si elle était-là, en orbite autour de Tau Ceti, la planète de rechange pour l’humanité ? Quatre planètes y ont été découvertes par une équipe de l’Université de Hertfordshire (Angleterre). Deux d’entre elles sont situées en bordure de la zone d’habitabilité de l’étoile. Autrement dit, elles en sont suffisamment éloignées pour contenir de l’eau liquide à leur surface mais aussi suffisamment proches pour que l’eau ne gèle pas.

Edition numérique des abonnés

La découverte de ces exoplanètes un peu plus dodues (1,7 fois) que notre Terre a été réalisée grâce à l'amélioration d'une vieille technique appelée la « spectroscopie Doppler » ou « méthode de l'oscillation ». Concrètement, les astronomes ont détecté de très légers déplacements de l'étoile provoqués par l'attraction gravitationnelle des planètes en orbite autour d'elle. Des mouvements de l’ordre de 30 cm par seconde. Les scientifiques souhaitent affiner davantage la méthode pour être capable de détecter à l’avenir des déplacements de 10 cm par seconde, ce qui serait synonyme d’une attraction par une planète de taille terrestre.

Une étoile aussi grande et lumineuse que le soleil

Tau Ceti est une étoile semblable à notre Soleil tant en taille qu’en luminosité. Elle en est la plus proche voisine dotée de ces caractéristiques. A peine 12 années-lumières pour y envoyer une sonde ou y poser un pied. Soit 3,25 fois moins loin que l’étoile Trappist-1 (une naine ultra-froide dont on redoute une certaine instabilité) et sa cohorte d’exoplanètes découvertes par une équipe de l’ULg. C’est dire si les amateurs de colonisation extraterrestre ont l’oeil braqué sur Tau Ceti.

Des travaux futurs devraient affiner la découverte. « Si, grâce à des méthodes telles que l'imagerie directe, les deux planètes extérieures autour de Tau Ceti se révèlent être rocheuses et confirment leur caractère habitable, l'étoile pourrait être une cible optimale pour la colonisation interstellaire, comme on l'a mentionné dans la science-fiction », explique Dr Fabo Feng, chercheur principal de l'étude parue dans «  Astronomical Journal ».

Néanmoins, la vie, s’il devait y en avoir un jour, n’y serait pas de tout repos. En raison d’un disque de débris présent dans ce système relativement jeune, des astéroïdes et des comètes bombardent intensivement les planètes en orbite. Ah ! qu’il fait bon vivre sur Terre …

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Astronomie|Université
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  2. Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

  3. Il n’y a pas que la guerre commerciale de Donald Trump qui freine les exportations chinoises.

    La Chine s’essoufle, le monde a de bonnes raisons de s’inquiéter

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite