En 2016, 221 milliards se sont envolés de Belgique vers des paradis fiscaux

Le petit rocher de Jersey, un des paradis fiscaux préférés des Belges ©Toby melville/Reuters.
Le petit rocher de Jersey, un des paradis fiscaux préférés des Belges ©Toby melville/Reuters. - Toby melville/Reuters.

Il existe un point commun entre Monaco, les îles Vierges britanniques, les Bermudes, ou les îles Caïmans. Toutes ces destinations sont considérées par la Belgique comme des Etats « à fiscalité inexistante ou peu élevée ». Ils figurent donc sur une liste noire, composée de 31 Etats labellisés « paradis fiscaux ».

La loi fiscale belge impose une obligation à toutes les sociétés. Dès lors qu’elles versent plus de 100.000 euros par an sur des comptes bancaires ou à des personnes domiciliées dans ces Etats blacklistés, les entreprises belges doivent déclarer ces paiements. À la demande du Soir, le SPF Finances nous a livré les statistiques relatives à ces déclarations de paiement vers les paradis fiscaux.

L’an dernier, ce sont 853 sociétés qui ont indiqué avoir opéré des versements vers les pays de la liste noire. Et ce pour un montant total de 221,3 milliards d’euros, soit une moyenne de 260 millions par société.

Dans le top 5 des destinations préférées des entreprises belges, on trouve notamment le petit rocher de Jersey (en photo). Notons que Singapour, Panama et Hong Kong ne figurent pas sur la liste noire belge – alors qu’ils devraient en faire partie au vu de la loi actuelle. Le Luxembourg est quant à lui redevenu « fréquentable » en 2016.

Découvrez les montages financiers opérés par les sociétés belges sur le Soir+

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron, à la sortie de la réunion de crise.

    Fusillade à Strasbourg: Macron contre l’opposition et la théorie du complot

  2. Plusieurs communes de Wallonie touchées par le plan de réduction des boîtes aux lettres rouges voulu par Bpost se mobilisent pour tenter de les sauvegarder.

    Suppression de boîtes aux lettres: les communes se rebiffent

  3. Le coach national est content de la montée en puissance de son équipe.

    Shane McLeod, coach des Red Lions: «Les Allemands ont peur de nous affronter»

Chroniques
  • Visa pour la Flandre: il faut que vous le sachiez…

    Il faut que vous le sachiez : le déséquilibre Nord-Sud en Belgique ne concerne pas que la croissance économique ou les situations budgétaires, il touche aussi au volume d’informations. Alors que le Belge francophone est calé dans son fauteuil après les JT devant une série, un film ou un match de foot, un certain public flamand est, lui, en immersion dans un bain d’interviews longues, d’analyses de haute tenue en lien avec l’actualité du jour. Et pas que flamande : de tout ce qui se passe en Belgique, même francophone et dans le monde.

    De 20 à 21h, chaque jour de la semaine, la Flandre peut se nourrir de Terzake suivi de De Afspraak. Le premier  talk-show est animé par un couple d’intervieweuses redoutées car coriaces et très au fait de leurs dossiers. Annelies Beck et Kathleen Cools sont ainsi autant louées qu’insultées sur les médias sociaux par des obsédés de l’opinion. D’un à trois thèmes...

    Lire la suite