En 2016, 221 milliards se sont envolés de Belgique vers des paradis fiscaux

Le petit rocher de Jersey, un des paradis fiscaux préférés des Belges ©Toby melville/Reuters.
Le petit rocher de Jersey, un des paradis fiscaux préférés des Belges ©Toby melville/Reuters. - Toby melville/Reuters.

Il existe un point commun entre Monaco, les îles Vierges britanniques, les Bermudes, ou les îles Caïmans. Toutes ces destinations sont considérées par la Belgique comme des Etats « à fiscalité inexistante ou peu élevée ». Ils figurent donc sur une liste noire, composée de 31 Etats labellisés « paradis fiscaux ».

La loi fiscale belge impose une obligation à toutes les sociétés. Dès lors qu’elles versent plus de 100.000 euros par an sur des comptes bancaires ou à des personnes domiciliées dans ces Etats blacklistés, les entreprises belges doivent déclarer ces paiements. À la demande du Soir, le SPF Finances nous a livré les statistiques relatives à ces déclarations de paiement vers les paradis fiscaux.

L’an dernier, ce sont 853 sociétés qui ont indiqué avoir opéré des versements vers les pays de la liste noire. Et ce pour un montant total de 221,3 milliards d’euros, soit une moyenne de 260 millions par société.

Dans le top 5 des destinations préférées des entreprises belges, on trouve notamment le petit rocher de Jersey (en photo). Notons que Singapour, Panama et Hong Kong ne figurent pas sur la liste noire belge – alors qu’ils devraient en faire partie au vu de la loi actuelle. Le Luxembourg est quant à lui redevenu « fréquentable » en 2016.

Découvrez les montages financiers opérés par les sociétés belges sur le Soir+

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Bruno d’Alimonte/Le Soir

    Didier Reynders exprime ses ambitions au «Soir»: «Le casting bleu est logique»

  2. D’après l’enquête réalisée sur base volontaire sur Facebook, le jeune manifestant est un garçon ou une fille de 17 ans et demi qui étudie dans le secondaire.

    Marche des jeunes pour le climat: les filles et les mecs à égalité

  3. Les présidents de 114 conférences épiscopales de tous les continents se retrouvent de jeudi à dimanche prochain au Vatican, à l’appel du pape François.

    Pédophilie: l’heure de vérité pour le Vatican

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite