Accueil

Volodos plays Brahms

Sony

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Volodos affiche deux constantes au disque : sa rareté et une propension à magnifier les formes brèves. De tels choix devaient inéluctablement l’amener au dernier Brahms, celui où une forme apparemment stricte dissimule un message intérieur d’une profondeur insondable où la nostalgie se fait rêverie et l’esprit de danse prend une dimension métaphysique.

Les climats sont rares, solitaires, parcourus de saveurs crépusculaires ou d’envolées ensoleillées. Cette musique pleine d’infini nécessite un investissement énorme qui a le bon goût d’ouvrir la porte à l’indicible. Avec une ardeur encore réelle dans l’op. 76, davantage au bord du renoncement dans les op. 117 et 118.

Le site d’Arcadi Volodos.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs