Critiquée sur ses méthodes, l’Afsca juge les propos de Carlo Di Antonio «clichés»

Critiquée sur ses méthodes, l’Afsca juge les propos de Carlo Di Antonio «clichés»

Le porte-parole de l’Afsca, Jean-Sébastien Walhin, a défendu sa position au micro de la RTBF. Selon lui, les propos de Carlo Di Antonio relèvent du cliché et ne reflètent pas la vérité  : « L'Afsca exige que le consommateur ait dans son assiette un produit qui soit sûr, que ce produit sorte d'une petite entreprise locale de deux personnes ou d'une grosse industrie où 150 ouvriers travaillent tous les jours, peu importe à notre niveau. »

Ce lundi, Carlo Di Antonio accusait l’Afsca d’être un obstacle au développement des petits producteurs en Wallonie, au profit des grandes industries. « Les règles de l’Afsca génèrent une obligation de moyens qui rendent l’équation économique impossible : quand on doit investir 25.000 euros pour transformer un peu de lait en yaourt ou fromage, ça ne va pas. S’il faut une réforme de l’Afsca, c’est à ce niveau ». argumentait le ministre.

Selon le porte-parole de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, l’important est que le produit soit sûr. Jean-Sébastien Walhin affirme également que l’Afsca suit les petites entreprises : «  On connaît les réalités du terrain, on sait qu'il y a parfois des difficultés et on veut être présent avec ces petites entreprises sur le terrain pour les accompagner ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous