Les Etats-Unis toujours «intéressés» par un possible dialogue avec la Corée du Nord

Les Etats-Unis restent ouverts à un possible dialogue avec la Corée du Nord, qui a décidé de ne pas mettre à exécution pour l’instant son projet de tirs de missiles près du territoire américain de Guam, a déclaré mardi le secrétaire d’Etat américain. «  Nous sommes toujours intéressés par la recherche d’une voie vers le dialogue, mais cela dépend de lui », a affirmé Rex Tillerson au sujet de Kim Jong-un.

Rex Tillerson a déjà affirmé que l’administration américaine était prête à négocier avec Pyongyang, mais à condition que la Corée du Nord renonce à ses ambitions nucléaires. «  Les Etats-Unis veulent négocier avec Pyongyang », avait-il assuré la veille dans une tribune conjointe avec le ministre de la Défense Jim Mattis. Mais pour s’asseoir à la même table que des émissaires de Kim Jong-un, la diplomatie américaine demande des preuves de leur bonne foi qui pourraient prendre la forme d’une «  cessation immédiate de ses menaces provocatrices, des essais nucléaires, des lancers de missiles et d’autres tests d’armements ».

« Le comportement idiot et stupide des Yankees »

Le dirigeant nord-coréen a expliqué qu’il allait «  observer encore un peu le comportement idiot et stupide des Yankees » avant d’éventuellement lancer les missiles, a rapporté mardi l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA. S’ils «  persistent dans leurs actions irresponsables et dangereuses dans la péninsule coréenne », la Corée du Nord prendra des mesures «  telles que déjà annoncées », a-t-il toutefois ajouté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Joe Biden n’abandonne pas la hausse du salaire minimum; il préfère l’obtenir par d’autres voies.

    Joe Biden ajourne la hausse du salaire minimum

  • Le périmètre de sécurité, avec ses arêtes hérissées de lames de rasoir et ses gardes nationaux lourdement armés, «donne des airs de base militaire au siège de notre démocratie», regrette une élue. © EPA.

    Danger maximal contre le Congrès et Joe Biden

  • Inviter Donald Trump à prendre la parole à la prestigieuse conférence conservatrice de cette fin de semaine à Orlando? Liz Cheney n’a pas la même opinion à ce sujet que le chef de la minorité républicaine à la Chambre, Kevin McCarthy (à dr.)...

    Etats-Unis: les Républicains restent arrimés à Donald Trump

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous