Trump après le retrait de statues confédérées: «C’est tellement insensé!»

Edition numérique des abonnés

T riste de voir l’histoire et la culture de notre grand pays mises en pièces par le retrait de nos magnifiques statues et monuments  » a écrit ce jeudi après-midi Donald Trump, alors que des statues qui célèbrent des personnages de la confédération sudiste sont enlevées après les violences racistes qui ont endeuillé Charlottesville, en Virginie.

«  Vous ne pouvez pas changer l’histoire, écrit le président américain sur Twitter. Mais vous pouvez l’apprendre. Robert E Lee, Stonewall Jackson… Qui sera le prochain ? Washington ? Jefferson ? C’est tellement insensé !  »

Les statues – parfois monumentales – ont été enlevées grâce à une grue et emportées en camion, ne laissant que les piédestaux souvent couverts de graffitis antiracistes ou célébrant le mouvement de défense des Noirs Black Lives Matter.

Le débat sur l’enlèvement ou non de ces monuments en hommage à la confédération d’Etats du sud, qui a déclenché la guerre civile notamment pour défendre l’esclavage, fait rage aux Etats-Unis. Il oppose ceux qui y voient la célébration d’un passé raciste et ceux qui défendent le droit du sud à son histoire. Les groupuscules racistes et d’extrême-droite ont pris prétexte de ce débat pour exposer leur idéologie.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bart De Wever, président de la N-VA et Charles Michel restent en opposition sur le pacte migratoire.

    Pourquoi Bart De Wever s’obstine à dénoncer le pacte migratoire

  2. Un «
cerveau de la combine
»
: ainsi Carlos Ghosn a été qualifié par Hiroto Saikawa, l’actuel directeur général de Nissan.

    Ghosn sur un siège éjectable aussi chez Renault

  3. «
Nous discuterons de tout cela au sein du gouvernement jeudi et vendredi probablement, il est préférable sans doute de ne pas laisser traîner les choses.
»

    Kris Peeters (CD&V) sur le pacte migratoire: «Je soutiens totalement Charles Michel»

Chroniques
  • Quel sera le nouveau mot de l’année?

    Quel sera le « nouveau mot de l’année » 2018 ? L’an dernier, c’est « Fake news » qui avait emporté les suffrages des lecteurs du Soir. Lequel lui succédera ?

    Pas de changement pour ce quatrième millésime de l’opération menée par Le Soir et l’UCL. La formule reste la même. Et l’objectif aussi : il s’agit toujours, en s’appuyant sur les propositions du grand public, de faire émerger le mot ou la locution qui a connu une diffusion significative en 2018 et que l’on ne trouve pas encore dans l’édition la plus récente des dictionnaires usuels du français tels que le Petit Robert ou le Larousse.

    Concrètement : la première phase est lancée ce mercredi. Il s’agit de recueillir les propositions des lecteurs du Soir via notre site internet. C’est important : le mot ou la locution que vous soumettrez doit être accompagné d’une (courte) définition. Il est possible de soumettre des propositions de néologismes jusqu’au 30 novembre.

    En...

    Lire la suite

  • La Belgique doit approuver le pacte migratoire

    Vous approuvez le pacte migratoire, ou vous partez. Il nous revient que le Premier ministre, Charles Michel, a décidé d’opter pour la plus grande fermeté avec la N-VA concernant cet accord international, qui doit baliser les grands principes de coopération entre Etats du monde s’agissant de la migration.

    Après des mois de contorsions de la Belgique sur des principes humains aussi essentiels que l’interdiction d’enfermement des enfants ou la protection des demandeurs d’asile contre les traitements...

    Lire la suite